La Liberté

Interdite, l'association négationniste Vérité et Justice renaît en Roumanie

30.06.2007

néonazisme ? Assigné à résidence en Roumanie, René-Louis Berclaz attend son procès pour «propagande raciste». Il raconte son calvaire au pays de Dracula.

Patrick Vallélian

Dissoute en Suisse en 2002 par la justice fribourgeoise, l'association négationniste Vérité et Justice (V&J) a repris du service au pays de Dracula. Avec à sa tête le Valaisan René-Louis Berclaz, qui a habité plusieurs années à Châtel-Saint-Denis, et Georges Piscosi Danesco, un Franco-Roumain établi dans l'ouest de la Roumanie. C'est d'ailleurs au domicile de Danesco, pointure du mouvement néonazi européen et propriétaire de la «Maison verte», un centre culturel local, que les deux hommes ont établi le siège de leur association qui a pour but de propager des idées niant le génocide juif durant la Seconde Guerre mondiale. Contacté sur place par courrier électronique, René-Louis Berclaz ne cache pas qu'il continue son travail de révision de l'histoire de la Shoah, même si ce dernier lui a valu d'être condamné à plusieurs reprises par la justice helvétique pour discrimination raciale. Il a même purgé une peine de prison ferme de dix mois en Suisse en 2005.

Croix gammée sur le

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00