La Liberté

Deliveroo quitte le marché allemand

En Allemagne, mais dans d’autres pays européens aussi, la plate-forme de livraison de repas a rencontré de fortes résistances auprès de ses coursiers à vélo, qu’elle rechigne à reconnaître comme salariés. © Keystone
En Allemagne, mais dans d’autres pays européens aussi, la plate-forme de livraison de repas a rencontré de fortes résistances auprès de ses coursiers à vélo, qu’elle rechigne à reconnaître comme salariés. © Keystone
14.08.2019

La plate-forme britannique de livraison de repas a annoncé qu’elle se retirait dès la fin de la semaine

Thomas Schnee, Berlin

Allemagne » C’est le choc pour les 1100 coursiers à vélo allemands, qui transportent à domicile les plats commandés via la plate-forme britannique Deliveroo. Lundi, celle-ci leur a adressé un courriel leur expliquant abruptement que leur «collaboration» va s’achever ce vendredi. «Je viens d’acheter pour 300 euros d’équipement pour mon vélo et je pensais le financer avec les revenus des semaines prochaines. Mais voici mon gagne-pain qui disparaît», raconte le coursier berlinois Fernando, interrogé par le quotidien berlinois Taz qui travaille environ 15 heures par semaine pour une rémunération horaire de 13 euros brut.

Pour Deliveroo, la gestion sociale de l’opération devrait être simple. Selon les principes de la fameuse économie de plate-forme, Deliveroo emploie très peu de salariés. Le gros des troupes travaille sous le statut «d’autoentrepreneur», c’est-à-dire seulement lié par un contrat de «livraison de prestations» facile à rompre. Implanté dans 13 pays, Deliveroo salar

Articles les plus lus
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00