La Liberté

Dissonances sur Nord Stream 2

Partager cet article sur:
Publié le 14.01.2022

Allemagne » A Berlin, certains ne veulent pas mêler le sort du gazoduc entre la Russie et l’Allemagne à l’Ukraine.

Le gazoduc Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne doit être tenu à l’écart du dossier ukrainien. C’est ce qu’a plaidé hier la ministre allemande de la Défense dans une approche divergente de ses alliés écologistes.

«Nous ne devrions pas entraîner (Nord Stream 2) dans ce conflit», a déclaré Christine Lambrecht au micro de la radio RBB. «Nous devons résoudre ce conflit, et nous devons le résoudre dans des pourparlers - c’est l’opportunité que nous avons en ce moment - (…) plutôt que de tisser un lien avec des projets qui n’ont aucun rapport avec ce conflit», a ajouté la ministre sociale-démocrate.

Washington et les alliés européens de Kiev accusent la Russie d’avoir massé des troupes près de la frontière ukrainienne en vue d’une invasion

Le chancelier allemand Olaf Scholz avait menacé de conséquences pour le gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne si Moscou attaquait l’Ukraine. Mais il avait ensuite relevé que Nord Stream était un projet purement «privé», illustrant l’ambiguïté de l’Allemagne sur cette question. Le secrétaire général du parti social-démocrate SPD, Kevin Kühnert, avait lui estimé le 10 janvier que ce gazoduc controversé était «désormais quasiment» en activité.

«Il y a des autorisations, donc des questions juridiques, qui font encore obstacle à l’exploitation définitive. Mais il faut bien qu’à un moment donné, il y ait une paix politique et une paix juridique sur une telle question», avait-il asséné.

Ce plaidoyer de la ministre et d’un des dirigeants du SPD se démarque nettement des menaces proférées par les écologistes, eux aussi membres de la coalition qui a succédé au pouvoir à Angela Merkel.

ats/afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00