La Liberté

Forcée de rééduquer les Ouïgours

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Kalbinur Sidik a subi une stérilisation forcée avant de fuir vers les Pays-Bas. © DR
Kalbinur Sidik a subi une stérilisation forcée avant de fuir vers les Pays-Bas. © DR
Partager cet article sur:
03.06.2021

Kalbinur Sidik a enseigné aux Ouïgours comment devenir de bons Chinois dans un camp au Xinjiang

Thierry Jacolet

Témoignage » Rares sont ceux à être sortis indemnes des camps de concentration créés au Xinjiang pour y parquer des centaines de milliers d’Ouïgours et de Kazakhs principalement, susceptibles d’être une menace terroriste pour le pays. Kalbinur Sidik, 52 ans, a eu la chance d’être épargnée grâce à son métier.

En 2016, les autorités chinoises testent le niveau de chinois des enseignants de sa communauté. Cette femme qui a 28 ans d’expérience dans sa ville natale d’Urumqi, capitale de la région autonome, réussit si bien les évaluations que Pékin lui donne pour mission de «rééduquer» des Ouïgours. «En février 2017, le Parti communiste chinois (PCC) m’a dit que j’étais une bonne citoyenne et que j’irai travailler dans une des nouvelles &e

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00