La Liberté

Israël impose sa loi au Golfe

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
19.09.2020

Moyen-Orient. Ce fut son heure de gloire. Une heure pour oublier ses échecs sur la scène internationale, à l’image de sa romance ratée avec le dictateur nord-coréen, Kim Jong-un. Mardi dernier, sur la pelouse de la Maison-Blanche, Donald Trump a présidé à l’établissement de relations diplomatiques entre Israël et deux pays du Golfe (Bahreïn, Emirats arabes unis). C’est sur cette même pelouse qu’eut lieu, en 1993, la signature des accords de paix d’Oslo entre Israël et l’Autorité palestinienne. Historiquement parlant, la poignée de main d’alors, entre Arafat et Rabin, est sans commune mesure avec les accords entre Israël et de petits pays avec lequel il n’a jamais été en guerre. Pourtant, le symbole est lourd de conséquences. Après la paix froide avec l’Egypte (1979) et la Jordanie (1994), Jérusalem impose spectaculairement sa loi à un monde arabe en pleine recomposition. Une loi qui consiste à découpler la relation israélo-arabe du conflit israélo-palestinien. Cette mutation géopoli

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00