La Liberté

L’enfer sous les ailes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
De leur bimoteur, les pilotes de l’ONG HPI assistent à des scènes de sauvetage qui tournent parfois mal. Ils ne sont pas toujours les bienvenus en Méditerranée. © HPI/Sea-Watch
De leur bimoteur, les pilotes de l’ONG HPI assistent à des scènes de sauvetage qui tournent parfois mal. Ils ne sont pas toujours les bienvenus en Méditerranée. © HPI/Sea-Watch
Partager cet article sur:
04.10.2021

L’ONG suisse Humanitarian Pilots Initiative (HPI) survole les côtes libyennes pour localiser les migrants en perdition sur des embarcations surchargées et les sauver d’une noyade certaine. Un pilote témoigne

pierre-andré sieber

Migration » Son siège se situe à Rehetobel, en Appenzell Rhodes-Extérieures (AR), et pourtant elle sauve des milliers de migrants de la noyade en Méditerranée depuis 2015. L’ONG Humanitarian Pilots Initiative (HPI) réunit une équipe d’une vingtaine de pilotes bénévoles. Leur tâche: repérer les embarcations de migrants au large des côtes libyennes faisant cap vers Lampedusa et Malte.

En 2000 heures de vol, HPI a localisé 25 000 personnes en détresse. Cette année, jusqu’à fin septembre, 1200 environ sont mortes ou disparues. Intimidation de la part des garde-côtes libyens, tirs de semonce et refus de prise en charge: les migrants sont victimes d’une hostilité grandissante. L’ONG n’est pas épargnée. Damien Van Oost (33 ans) revient d’une semaine de mission. Interview.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00