La Liberté

L'Italie sous la botte des médiums

L'animatrice de télévision suisse Michelle Hunziker a dénoncé dans un livre les pratiques de certaines sectes en Italie. © Keystone
L'animatrice de télévision suisse Michelle Hunziker a dénoncé dans un livre les pratiques de certaines sectes en Italie. © Keystone
07.08.2019

Un rapport de l’association de consommateurs Codacons fait état d’un marché florissant 

Ariel F. Dumont, Rome

L’Italie serait-elle devenue le terrain de jeux favori  des médiums et des sorciers et pire encore des sectes? C’est ce qu’affirme l’association de défense des droits des consommateurs Codacons. Dans un rapport publié récemment, Codacons affirme que plus de 30.000 Italiens consultent chaque jour des marchands de faux espoirs. Au total affirme cette association, environ  treize millions de candidats à l’illumination se retournent chaque année vers les médiums et astrologues.

Le chiffre d’affaires estimé à quelques 8 milliards d’euros par an témoigne d’ailleurs  de la vitalité d’un secteur en pleine expansion qui emploie environ 160.000 médiums, sorciers, astrologues et voyants. Et paradoxalement, la grande crise économique de 2008 a largement profité aux devins qui profitent de la crédulité d’une clientèle en pleine déprime, leur chiffre d’affaires ayant augmenté au niveau national de 500% durant les onze dernières années. 

Une femme avisée

A titre d’exemple, l’an  dernier  la brigade financière a levé le voile sur une affaire juteuse montée à Pérouse, la cité universitaire médiévale située à 180 kilomètres au nord de la capitale par une diseuse de bonne aventure qui avait la bosse des affaires. En quatre ans, cette femme d’affaires avisée qui avait crée six centres d’appels afin de  rabattre ses clients dans toute la péninsule, a gagné 4 millions d’euros.

Une entreprise quasiment tout bénéfices puisqu’elle rétribuait ses devins 7 centimes d’euros de la minutes et ne déclarait rien au fisc. Le tarifaire explique le succès de cette maison: 200€ pour une amulette aux pouvoirs magiques permettant de trouver rapidement un nouvel emploi et la formule tout compris à 300 € par mois pour une année zen.

Accusée d’évasion fiscale et de fraude, la « magicienne » n’encourt toutefois aucune peine de prison. « Une fois qu’on est tombé dans le piège des devins, cela devient rapidement un cercle vicieux, pendant des années, j’ai dépensé des sommes folles en me faisant tirer les cartes au moins une fois par mois, c’était plus fort que moi, je voyais bien que les prédictions ne se réalisaient jamais mais je m’accrochais à l’espoir et j’y retournais » confie Eleonora, une ancienne employée de l’administration publique italienne aujourd’hui retraitée. 

Dans son rapport, l’association souligne un autre phénomène inquiétant: les 600 sectes spécialisées dans les activités de nature « spirituelles » ou pseudo-religieuses. Un chapitre compliqué au niveau des statistiques, les victimes n’osant pas toujours  porter plainte d’abord par peur du qu’en ira t-on mais souvent par crainte de rétorsions, l’arme brandie par les patrons des sectes pour conserver leur emprise sur leur clientèle.

Hunziker dénonce

L’univers ténébreux de l’enfer des sectes a d’ailleurs été dénoncé l’an dernier par Michelle Hunziker, l’animatrice-télé d’origine italo-suisse, endoctrinée à l’âge de 23 ans par une secte italienne. Dans son autobiographie « Une vie en apparance parfaite », la Bernoise aujourd’hui âgée de 42 ans, a raconté les règles très strictes dont l’abstinence sexuelle qui lui étaient imposées et les sommes importantes (entre 1 et 2 millions de francs suisses) versées ponctuellement à la secte en échange de son support «psychologique » quotidien.

Selon les données publiées par l’institut  religieux de droit pontifical fondé en 2002 par Don Oreste Benzi pour aider les victimes des sectes à sortir du cercle infernal de leur dépendance grâce à la mise en service d’un numéro vert actif de jour et nuit, de plus en plus d’Italiens en pleine déprime tombent sous le joug des sectes.

Demandes d’aide

Pour preuve, le nombre de demandes d’aides qui est passé de 900 en 2007 à 1500 l’an dernier.  Selon les statistiques de cet institut épaulé par une équipe anti-secte de la police italienne, le centre d’appels enregistre environ une quinzaine de demandes d’aides par jours au niveau national. La plupart de ces appels  viennent de personnes tombées entre les griffes des « psycho-sectes »,  spécialisées dans les techniques de manipulation mentale  qui promettent à leurs victimes de les remettre sur les bons rails.

Articles les plus lus
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00