La Liberté

La guerre «confinée» de Yaoundé

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
A Yaoundé, la crise économique engendrée par le coronavirus a ravagé l’économie informelle. © Keystone
A Yaoundé, la crise économique engendrée par le coronavirus a ravagé l’économie informelle. © Keystone
Partager cet article sur:
27.06.2020

La mort d’un journaliste camerounais réactive la défiance envers la police, surtout en zone anglophone

Nacim Chikh, Douala

Cameroun » Il aura fallu dix mois sans nouvelles pour que les craintes de ses collègues et ses proches se confirment. Le 3 juin, sous la pression de ses avocats et des premières rumeurs de presse, l’armée camerounaise a reconnu la mort en détention de Samuel Wazizi, arrêté en août 2019 à Buéa, chef-lieu de la région Sud-Ouest en proie à la guerre civile depuis 2016.

Présentateur anglophone de la chaîne de télévision régionale Chillen Media Television, son nom aurait pu simplement s’ajouter à la longue liste des victimes de ce conflit où journalistes, observateurs internationaux et humanitaires n’ont jamais été les bienvenus. Mais dans le sillage de l’effervescence mondiale contre les violences policières après la mort de George Floyd aux Etats-Unis, l’affaire réveille au Cameroun les limites du vivre-ensemble qui régit les rapports entre les 250 ethnies du pays.

Etau militaire

«Ce que les Noirs vivent aux Etats-Unis, c’est ce que nous vivons depuis cinquante ans au Came

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00