La Liberté

Le désamour profite aux populistes

Même si les Italiens n’ont pas du tout l’intention de se lancer dans la périlleuse aventure d’un «Italexit», d’après les sondages, cela ne veut pas dire que tout va bien. © Keystone
Même si les Italiens n’ont pas du tout l’intention de se lancer dans la périlleuse aventure d’un «Italexit», d’après les sondages, cela ne veut pas dire que tout va bien. © Keystone
23.03.2019

A deux mois des européennes, les sentiments des Italiens à l’égard de l’Union sont contradictoires

Ariel f. Dupont, Rome

Rome » Le 26 mai prochain, la déferlante populiste annoncée lors des élections européennes devrait toucher de plein fouet les rivages de la Péninsule. Une conséquence des sentiments contradictoires qu’entretiennent les Italiens à l’endroit de l’Union européenne.

Car à les entendre maudire chaque jour cette Europe qui, selon certains, ne les écoute pas et les traite comme un parent pauvre, on pourrait croire qu’ils sont prêts à claquer la porte. Pourtant, rien n’est moins vrai. Les derniers sondages affirment, au contraire, que les Italiens n’ont pas du tout l’intention de se lancer dans la périlleuse aventure d’un «Italexit».

L’euro reste apprécié

Mais le fait est qu’il y a entre les Italiens et l’Europe une histoire d’amour déçu, à laquelle on ne veut pas – ou ne peut pas – renoncer. «Il faut être pragmatique, si l’on sort de l’Europe, qui nous aidera en cas de gros pépin économique? Sans le parachute que représente l’Union européenne, on finirait rapidement comme l’Ar

Articles les plus lus
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00