La Liberté

Le panchen-lama serait à Pékin

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
La communauté tibétaine en exil, ici à Dharamsala en Inde, a marqué le 25e anniversaire de la disparition du panchen-lama, kidnappé par Pékin à l’âge de 6 ans. C’est sa photo qui est présentée sur l’estrade. © Keystone
La communauté tibétaine en exil, ici à Dharamsala en Inde, a marqué le 25e anniversaire de la disparition du panchen-lama, kidnappé par Pékin à l’âge de 6 ans. C’est sa photo qui est présentée sur l’estrade. © Keystone
Partager cet article sur:
22.05.2020

Disparu depuis 25 ans, l’héritier désigné du dalaï-lama mènerait une «vie normale»

Stéphanie Gérard, Pékin

Tibet » Il a reçu une éducation gratuite, obtenu un diplôme universitaire, décroché un travail, et souhaite que les «étrangers n’interviennent pas dans la vie normale» qu’il mène avec sa famille. Un quart de siècle après sa disparition forcée, les autorités chinoises ont donné mardi de rarissimes (et très succinctes) nouvelles de Gedhun Choekyi Nyima. Agé de 31 ans, cet homme mènerait donc une existence paisible à Pékin.

L’histoire de ce trentenaire, dont l’identité actuelle reste mystérieuse, n’a pourtant rien de banal. Le 17 mai 1995, le dalaï-lama le désigne comme réincarnation du panchen-lama, deuxième plus haut chef spirituel du bouddhisme tibétain. Trois jours plus tard, Gedhun Choekyi Nyima, fils de pasteurs nomades alors âgé de 6 ans, est kidnappé par la Chine communiste qui, depuis, le tient au secret.

«Choisir sans ingérence»

A l’approche du 25e anniversaire de sa disparition, des associations des droits de l’homme et plusieurs dirigeants ont exhorté les autor

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00