La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le pouvoir d’Olaf Scholz secoué

Heurtée par la guerre, la coalition berlinoise à trois partis n’arrive toujours pas à se trouver

Le chancelier Scholz a payé cher la distance qui s’est installée entre lui et ses concitoyens lors des élections régionales de Rhénanie du nord – Westphalie. © Keystone
Le chancelier Scholz a payé cher la distance qui s’est installée entre lui et ses concitoyens lors des élections régionales de Rhénanie du nord – Westphalie. © Keystone

Thomas Schnee, Berlin

Publié le 18.05.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Allemagne » Une déclaration solennelle inédite le 8 mai sur la chaîne publique ARD, suivie d’un exercice de questions-réponses avec les téléspectateurs de RTL avant-hier! Quand on connaît la propension du chancelier allemand à en dire le moins possible, cette double apparition en moins de dix jours devrait mettre la puce à l’oreille. En effet, quelque chose ne tourne pas rond au sein de la coalition berlinoise qui réunit les sociaux-démocrates (SPD), les écologistes (Die Grünen) et les libéraux (FDP). Selon l’institut Forsa, 68% des Allemands ne comprennent pas bien la ligne politique du chancelier.

Dimanche dernier, le chancelier Scholz a payé cher la distance qui s’est installée entre lui et ses concitoyens. Lors des élections régionales de Rhénanie du nord – Westphalie, région la plus peuplée d’Allemagne (18 millions d’habitants) et base arrière importante pour tenir ou prendre Berlin, le SPD a encaissé un recul historique (26,7%) qui le place à neuf points derrière les c

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11