La Liberté

Le président par intérim reste en place

Le mouvement populaire antirégime, né le 22 février dernier, ne relâche pas la pression malgré la répression accrue. © Keystone
Le mouvement populaire antirégime, né le 22 février dernier, ne relâche pas la pression malgré la répression accrue. © Keystone
10.07.2019

Le président algérien Bensalah, qui devait se retirer hier, a vu sa mission prolongée. La riposte s’organise

Amaria Benamara

Algérie » L’Algérie s’est retrouvée hier officiellement sans président. Le 9 juillet marquait, en théorie, la fin de la période d’intérim d’Abdelkader Bensalah, prévue pour trois mois. Appelé à la tête de l’Etat en qualité de président du Conseil de la nation, à la suite de la démission d’Abdelaziz Bouteflika le 2 avril, Bensalah avait pour mission principale d’organiser l’élection présidentielle, initialement prévue le 4 juillet, mais annulée faute de candidature.

La tâche s’est révélée plus que laborieuse pour Bensalah, confronté dès le départ à l’hostilité tant du mouvement populaire (qui revendique la fin du système) que des partis de l’opposition (qui exigent des conditions de transparence et d&rsquo

Articles les plus lus
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00