La Liberté

Le terrorisme enrayé au Xinjiang

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les forces de sécurité, ici à Urumqi en 2009, sont encore très présentes pour signifier que Pékin garde les populations ouïgoures à l’œil. © Keystone-archives
Les forces de sécurité, ici à Urumqi en 2009, sont encore très présentes pour signifier que Pékin garde les populations ouïgoures à l’œil. © Keystone-archives
Partager cet article sur:
10.06.2021

La menace qui justifiait la répression est sous contrôle depuis 2017. Mais Pékin maintient son étau

Thierry Jacolet

Série (4/5) » La Liberté propose de saisir en cinq volets la réalité des persécutions des minorités au Xinjiang. Plongeon dans l’enfer du décor.

Aux yeux de Xi Jinping, il y a quasiment autant de suspects au Xinjiang que les quelque 13 millions de Ouïgours, Kazakhs, Kirghizes et Tadjiks qui peuplent cette région autonome. Le président chinois voit derrière chaque membre de ces minorités musulmanes et turcophones un terroriste, du moins une menace potentielle pour la sacro-sainte stabilité d’un territoire stratégique sur la carte des Nouvelles routes de la soie.

D’où la lutte sans merci menée par le numéro un chinois contre ce «fléau» depuis 2014. Sept ans plus tard, l’écran radar des attaques contre le gouvernement et les civils ne clignote plus. «Le Xinjiang n’a pas connu un seul cas de terrorisme violent de 2017 à 2021», affirme l’ambassade de Chine en Suisse. Les politiques d’arrestations systématiques et d’internements massifs dans des camps de concentration pour l

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00