La Liberté

Les petits partis en faiseurs de roi

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Président du Parti libéral (FDP), Christian Lindner, ici devant une de ses affiches de campagne, entend peser de tout son poids dans la prochaine coalition. © Keystone
Président du Parti libéral (FDP), Christian Lindner, ici devant une de ses affiches de campagne, entend peser de tout son poids dans la prochaine coalition. © Keystone
Partager cet article sur:
28.09.2021

Le tandem Verts-Libéraux veut s’entendre sur une offre commune pour imposer ses choix et le chancelier

Thomas Schnee, Berlin

Allemagne » La drôle d’élection de ce week-end a accouché de deux prétendants au poste de chancelier fédéral, le social-démocrate Olaf Scholz (SPD) et le conservateur Armin Laschet (CDU/CSU). Au lendemain du scrutin, le Parti écologiste (Die Grünen) et le Parti libéral (FDP) sont en passe de devenir les éléments moteurs des négociations sur la future coalition, ce qui est en principe l’apanage des grands partis.

Ce renversement de situation s’explique par le fait qu’aucune coalition sérieuse, dirigée par le SPD ou par la CDU/CSU, n’est possible sans ces deux partis qui totalisent 26% des voix. S’ils parviennent à accorder leurs positions, parfois éloignées, et à aboutir à un accord officieux entre eux, alors ils seront en état d’imposer leurs volontés au SPD (26%) ou à

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00