La Liberté

Mme May accusée d’enfumage

06.12.2018

Brexit » La première ministre britannique est accusée d’«induire en erreur» les députés.

Theresa May a été accusée hier d’avoir cherché à «induire en erreur» les parlementaires sur l’accord du Brexit. La première ministre britannique a dans un premier temps refusé de publier un avis juridique susceptible de renforcer l’opposition au texte.

Au cours de la séance de questions au gouvernement, Ian Blackford, député du parti nationaliste écossais, a estimé que la cheffe du gouvernement avait voulu «dissimuler les faits» et «induire en erreur» la Chambre des communes en s’opposant à la publication de l’avis rendu par l’Attorney General, Geoffrey Cox, (ministre chargé de conseiller juridiquement le gouvernement) sur le contenu de l’accord.

Mardi, les députés avaient estimé, par 311 voix contre 293, que le gouvernement avait commis un «outrage au parlement» en publiant un condensé de cet avis, plutôt que la version exhaustive qu’ils réclamaient.

Le gouvernement a finalement rendu publique cette version hier. Geoffrey Cox souligne dans ce document que pour obtenir un nouvel accord définissant la relation future entre le Royaume-Uni et l’UE, Londres pourrait être «soumis à des cycles de négociations très longs et répétés».

Il alerte sur le fait que les dispositions spécifiques à l’Irlande du Nord, qui prévoient un alignement réglementaire de la province sur l’UE afin d’éviter une frontière physique avec la République d’Irlande, pourraient «perdurer indéfiniment» dans l’attente de la conclusion du nouvel accord.

Ces dispositions, désignées par le terme de «filet de sécurité», nourrissent le mécontentement des députés eurosceptiques, qui demandent une franche rupture avec l’UE, et du parti nord-irlandais DUP, pourtant allié de l’exécutif, qui refuse tout traitement spécifique pour l’Irlande du Nord, y voyant une atteinte à l’intégrité du Royaume-Uni.

Ces arguments motivent l’opposition de nombreux députés à l’accord de retrait, et menacent la ratification du texte par la Chambre des communes lors du vote prévu le 11 décembre. ats/afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00