La Liberté

Révolte populaire contre l’austérité

Plus de 20 000 manifestants amérindiens ont décidé de converger, depuis leurs provinces, vers la capitale, à Quito, pour faire pression sur le président Lenín Moreno. © Keystone
Plus de 20 000 manifestants amérindiens ont décidé de converger, depuis leurs provinces, vers la capitale, à Quito, pour faire pression sur le président Lenín Moreno. © Keystone
09.10.2019

Les violences sociales en Equateur sont d’une ampleur telle que le gouvernement a dû quitter Quito

Anne Proenza, BogotA

Equateur » Etat d’urgence décrété depuis jeudi, transfert du gouvernement lundi soir de Quito, la capitale, à Guayaquil, la deuxième ville du pays, manifestations tendues: la situation a pris un tour chaotique en Equateur, où la rue a déjà fait tomber trois présidents dans les années 1990-2000. Et même si la situation de ce petit pays de 15 millions d’habitants est aujourd’hui bien différente, nul ne sait comment cela peut évoluer.

Le président Lenin Moreno, élu en 2017 avec le parti Alianza Pais (AP, centre gauche), a dénoncé lundi soir lors d’une allocution télévisée «l’activation d’un plan de déstabilisation» qui serait, selon lui, fomenté par le «satrape Nicolas Maduro» avec l’ancien président équatorien Rafael Correa (2007-2017) dont il fut le vice-président et le dauphin, mais qui est devenu en moins de deux ans son frère ennemi. Moreno est apparu à la télévision accompagné du ministre équatorien de la Défense.

Le prix de l’essence

Tout a commencé la semaine derni

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00