La Liberté

Une enquête ultrasensible pour Pékin

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Là où est née la pandémie il y a une année, ici la gare ferroviaire en avril dernier, la vie a désormais repris son cours à Wuhan. © Keystone
Là où est née la pandémie il y a une année, ici la gare ferroviaire en avril dernier, la vie a désormais repris son cours à Wuhan. © Keystone
Partager cet article sur:
13.01.2021

Pékin a enfin autorisé dix experts de l’OMS à venir enquêter sur l’origine de la pandémie à Wuhan

Laurence Defranoux

Coronavirus » Ils seront dix. Dix experts en virologie, santé publique, zoologie, épidémiologie, venus d’Allemagne, d’Australie, du Danemark, des Etats-Unis, du Japon, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, du Qatar, de Russie et du Vietnam. Un an exactement après le premier mort officiel du Covid-19, Pékin a, enfin, donné son feu vert à l’équipe de scientifiques mandatés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour venir enquêter à Wuhan sur l’origine du coronavirus.

Jeudi dernier, après des mois de tractations, certains étaient déjà en route quand la Chine a annoncé que tous leurs visas étaient rejetés sous prétexte que «retracer l’origine du virus est une chose très compliquée». Après des protestations générales, notamment celles de Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l’OMS pourtant très conciliant avec Pékin, les choses se sont débloquées ce week-end, les autorités chinoises arguant d’un «malentendu».

Les visons dans le viseur

Un «malentendu» qui rappelle la diffi

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00