La Liberté

VW face à son grand procès européen

Le tribunal doit déterminer si le géant de l’automobile aurait dû informer plus tôt les marchés financiers de la tricherie, pour épargner de lourdes pertes à ses actionnaires, qui réclament 9 milliards d’euros d’indemnités. © Keystone
Le tribunal doit déterminer si le géant de l’automobile aurait dû informer plus tôt les marchés financiers de la tricherie, pour épargner de lourdes pertes à ses actionnaires, qui réclament 9 milliards d’euros d’indemnités. © Keystone
11.09.2018

Après le volet américain, le premier procès majeur Volkswagen a débuté hier en Allemagne

Thomas Schnee, Berlin

Dieselgate » Quand la direction du constructeur Volkswagen a-t-elle vraiment appris qu’un logiciel manipulant les émissions de gaz toxiques avait été installé sur une partie de ses véhicules? Le 18 septembre 2015, quand les autorités américaines pour l’environnement ont dévoilé le pot aux roses? Ou avant 2008, comme les procès tenus outre-Atlantique le laissent penser? La réponse à ces questions est le sujet central du premier procès allemand contre Volkswagen. Celui-ci s’est ouvert hier devant le Tribunal régional de la ville de Brunswick (Basse-Saxe), dans une salle louée pour l’occasion, capable d’accueillir plusieurs dizaines d’avocats et de requérants, de nombreux correspondants de presse et une foule de curieux.

Au final, le procès intenté par environ 2000 actionnaires réunis autour d’une plainte groupée doit déterminer si le géant de l’automobile aurait dû informer plus tôt les marchés financiers de la tricherie, afin d’épargner de lourdes pertes à ses actionnaires. L

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00