La Liberté

La mobilité des Trente Glorieuses

En Suisse, 320 637 VW Coccinelles (voiture du peuple) ont été vendues entre mai 1948 et le 31 mars 1983, date de l’ultime livraison. © LDD
En Suisse, 320 637 VW Coccinelles (voiture du peuple) ont été vendues entre mai 1948 et le 31 mars 1983, date de l’ultime livraison. © LDD
06.06.2018

La Coccinelle est arrivée en Suisse en 1948. 70 ans plus tard, la marque commémore l’événement

Denis Robert

Volkswagen »   «L’air ne bout pas, l’air ne gèle pas!» Un slogan qui fit mouche, à une époque où l’eau de refroidis­sement des moteurs avait ­tendance à s’évaporer à la moindre côte, nécessitant de refaire souvent l’appoint et de ne pas oublier l’antigel en hiver. Car à l’instar de la 2 CV, sa concurrente française, la Coccinelle (appelée à l’époque sobrement «VW», car c’était le seul modèle de la marque) était équipée d’un moteur refroidi par air. Mais placé à l’arrière, comme dans la Renault 4 CV, autre rivale tricolore de ce drôle de scarabée venu d’Allemagne.

«Porsche» à 1000 marks

Bien que commercialisée seulement après la guerre, la Coccinelle fut conçue dans les années trente par l’ingénieur Ferdinand Porsche. Elle devait servir d’outil de propagande au régime nazi, qui voulait en faire une «voiture populaire» (Volkswagen en allemand) censée coûter 1000 marks et susceptible de convenir au plus grand nombre. 300 000 foyers du Reich mirent leurs économies dans ce projet auquel la Seconde Guerre mondiale mit brutalement un terme. Car dès 1939, l’industrie automobile était entièrement au service des militaires.

Au lendemain de la guerre, l’usine de Wolfsburg, en grande partie détruite par les bombardements alliés, est reconstruite avec l’aide des forces d’occupation britanniques. La chaîne d’assemblage redémarre lentement à partir de 1946, mais la production industrielle ne prend vraiment son essor que deux ans plus tard, en 1948. C’est en mai de cette année-là que les premières Coccinelles sont commercialisées en Suisse, troisième pays au monde à importer des automobiles VW après les Pays-Bas et la Belgique.

Incroyable succès

Le succès commercial ne se fait pas attendre et la Coccinelle reste en tête du classement des voitures les plus vendues en Suisse pendant de nombreuses années. En 1954, VW vend pour la première fois plus de 10 000 Coccinelles dans notre pays, s’octroyant 30% du marché avec un seul modèle. Par la suite, ce score atteindra même 35%. Une performance exceptionnelle sur un marché aussi ouvert, où la plupart des constructeurs sont en concurrence.

Mais la Coccinelle ne fait pas fureur seulement en Allemagne et en Suisse. D’autres pays européens se l’arrachent et une grande partie de la production est exportée également outre-Atlantique, où les foyers américains ne se contentent plus d’une seule voiture par ménage. La capacité de production du site de Wolfsburg ne suffit plus pour répondre à la demande et le constructeur installe des usines d’assemblage ailleurs dans le monde. Notamment en Suisse où, pour la petite histoire, l’importateur AMAG assemble 1098 VW Karmann Ghia (un élégant coupé dérivé de la Coccinelle) entre 1957 et 1960.

Le relais de la Golf en 1974

Le point culminant des ven­tes de Coccinelles en Suisse est atteint en 1961 avec 21 111 unités. Le score est toujours supérieur à 17 000 voitures écoulées en 1970, puis les ventes déclinent rapidement. Le concept du moteur arrière refroidi par air a vécu et la Coccinelle peine à soutenir la comparaison face aux voitures modernes à traction avant et hayon de la concurrence. Les stratèges en marketing de Wolfsburg, qui l’ont bien compris, s’apprêtent donc à effectuer une «révolution culturelle» aux airs de quitte ou double. La Golf, lancée en 1974, réussira ce pari osé en reprenant le flambeau de la voiture la plus populaire de Suisse qu’elle conservera jusqu’en 2016.


 

La logistique était rudimentaire

Au début mai 1948, un 1er convoi de 25 Volkswagen parcourt les 700 kilomètres reliant Wolfsburg à la suisse sur des autoroutes désertes au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Au volant de ces autos neuves, deux employés de l’usine se relaient; elles sont escortées par des véhicules militaires des troupes d’occupation. Côté suisse, les Coccinelles sont prises en charge par Walter Haefner, l’entreprenant patron d’AMAG, et les 1ers concessionnaires VW. Après le dédouanement, cha­que garagiste paie sa voiture de main à main et la ramène chez lui avant de la livrer à son 1er client! En huit mois, 1380 Coccinelles rejoindront ainsi la Suisse; un chiffre qu’aucune autre marque n’est capable d’égaler ou même d’approcher à l’époque. DR

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00