La Liberté

Ces vieilles expressions bientôt oubliées

À l’époque, c’était à l’ombre des ormes que se posaient les lapins. © Lalie Bays
À l’époque, c’était à l’ombre des ormes que se posaient les lapins. © Lalie Bays
17.05.2019

L’article en ligne – Langue française » Lassé des expressions quotidiennes qui tournent de bouche en bouche ? Voici une liste d’anciennes expressions qu’ils serait dommage d’oublier.

Lalie Bays

La langue française, autant riche soit-elle encore à l’heure actuelle, perd avec le temps quelques-unes de ses précieuses expressions. Cette liste en répertorie les plus drôles, absurdes ou incompréhensibles qu’il serait dommage de voir disparaître.

Il y a d’abord celles qui contiennent des noms d’animaux. On relève notamment « c’est la danse des dindons », qui désigne une action que l’on effectue avec grâce bien que contre son gré, ou encore « À bon chat, bon rat » qui signifie « se battre à forces égales ». La logique de cette dernière expression reste pourtant à prouver : pas besoin d’être un expert en zoologie pour savoir que si un chat s’en prend à un rat, ce dernier a peu de chance de s’en sortir indemne.

Voici un proverbe dont le sens est un peu moins clair : « À la Sainte-Luce, les jours croissent du saut d’une puce. » Il exprime le fait qu’à la Sainte-Luce, les jours commencent à rallonger, ce qui est pourtant faux. La fête des Luce étant célébrée le 13 décembre, soit plus d’une semaine avant le solstice d’hiver, les jours ne commencent pas encore à croître à ce moment-là. Ce proverbe tirerait en fait son origine du décalage de l’heure du lever et du coucher du soleil qui a lieu à la période de la Sainte-Luce et qui, sans raccourcir la durée d’une journée, donne l’impression que la nuit commence plus tard. 

« Avoir mangé du safran » est une autre expression dont la connaissance de l’origine est nécessaire à la compréhension. Elle tirerait son sens d’une propriété médicale du safran, qui, consommé en grande quantité, dilate le muscle cardiaque et stimule ainsi les organes du rire. Alors certes, il existe d’autres jolies phrases pour exprimer un fou rire, mais manger du safran est quand même bien plus distingué que se fendre la poire…

Une réplique qui peut s’avérer bien utile pour s’éviter mensonges et justifications est de dire à quelqu’un de vous « attendre sous l’orme », un arbre de nos régions, et qui revient à donner un rendez-vous sans n’avoir jamais l’intention de s’y rendre. Bien que cette expression mériterait d’être remise à la mode, l’utiliser pour poser des lapins à ses amis pourrait mener à se faire traiter de voyou, ou de truandaille comme ils disaient à l’époque.

Et, au cas où le terme « ringard » serait lui-même ringard, voici une expression qui pourrait, grâce à la mode du vintage, revenir au goût du jour : « Ce n’est plus le temps où Berthe filait. » C’est un peu plus long, mais la signification ne change pas. Cette phrase est issue d’une légende qui raconte que la Reine Berthe s’est enfuie pour ne pas épouser le Roi Pépin qui n’était pas à son goût.

Pour finir, une petite leçon de morale, car il ne faudrait pas que la sagesse de nos ancêtres se perde avec les proverbes : « Craignez-la colère de la colombe ! » Ou, en d’autres termes, méfiez-vous de la colère des femmes. Même si elle date du Moyen-Âge, cette expression ne semble pas être totalement démodée.

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00