La Liberté

Du rouge, du jaune et du vert en musique

Du 10 au 12 août, le Jura français a vibré aux sons de la Jamaïque dans le cadre du No Logo Festival, à Fraisans. © Margot Knechtle
Du 10 au 12 août, le Jura français a vibré aux sons de la Jamaïque dans le cadre du No Logo Festival, à Fraisans. © Margot Knechtle
Du 10 au 12 août, le Jura français a vibré aux sons de la Jamaïque dans le cadre du No Logo Festival, à Fraisans. © Margot Knechtle
Du 10 au 12 août, le Jura français a vibré aux sons de la Jamaïque dans le cadre du No Logo Festival, à Fraisans. © Margot Knechtle
Du 10 au 12 août, le Jura français a vibré aux sons de la Jamaïque dans le cadre du No Logo Festival, à Fraisans. © Margot Knechtle
Du 10 au 12 août, le Jura français a vibré aux sons de la Jamaïque dans le cadre du No Logo Festival, à Fraisans. © Margot Knechtle
01.09.2018

L'article en ligne - Festival - Cet été, la PJ a été faire un tour au No Logo Festival, un festival de reggae sur trois jours dans le Jura français. Au programme, du camping et des dreadlocks, mais surtout une belle expérience.

Margot Knechtle

Quand on pense à du reggae, beaucoup de clichés viennent en tête. On pense à des dreadlocks perchées sur la tête de chacun, un cône d'herbe aromatique au coin de chaque bouche et des sarouels assortis aux pieds nus. Mais pour me rendre au No Logo Festival, à Fraisans en France voisine, et profiter à fond de ces quelques jours sous un soleil chaleureux, j'ai mis mes préjugés de côté.

Précisons que je ne suis qu'une petite amatrice de reggae. J'aime bien en écouter, mais je suis également et surtout une adepte des autres styles de musique. Donc, après une installation presque parfaite et un peu bancale de notre tente dans le vaste camping vient l'heure du premier concert. Je ne connais pas l'artiste et encore moins ses chansons, mais j'accompagne avec plaisir mes amis devant la scène. Au fil des notes, je me rends compte que je n'ai pas besoin de connaître pour aimer. C'est même une révélation : j'adore ! C'est un coup de cœur et je me mets à chanter inlassablement des mélodies qui se répètent. 

Je me rends ensuite à un concert que donne un artiste dont le nom m'est familier. C'est Julian Marley, un des onze fils de l'emblématique Bob Marley qui se tient à quelques mètres de moi. À part son nom, je ne connais rien de lui, pas même ses chansons. Mais pas besoin : je me mets à bouger au rythme de la musique et de la foule. Je fais abstraction de ce qui m'entoure et apprécie simplement ce moment. Ce n'est que plus tard que je me rends compte que je viens de passer une heure devant un homme qui a du sang du meilleur chanteur reggae au monde ! Mais je redescends sur terre et me dis qu'après tout, ce n'est que son fils.

Les jours passent, les artistes défilent, les notes de musique s'enchaînent. Le reggae n'a presque plus aucun secret pour moi. Il n'y a pas besoin de dreadlocks et de sarouel pour en faire. L'artiste peut se trouver derrière des platines, porter une casquette, ou même être âgé de 78 ans. L'auditeur peut être enfant, parent, petit, grand, avoir les oreilles écartées ou à peine percées. En fait, le festival de reggae n'a rien de vraiment différent d'un autre. Vous trouverez autant de tatouages et d'écarteurs à un festival de pop.

Enfin, le camping est un élément presque indissociable de tout grand festival. Il s'agissait pour moi de ma première expérience en camping festivalier, et je dois dire qu'elle a été fantastique. Tous les gens que je rencontrais étaient sympathiques. De la femme qui me partage sa crème solaire en attendant pour les toilettes au jeune coéquipier au jeu de société, je n'ai regretté aucune de mes rencontres. Il faut dire que j'appréhendais un peu ceux que je pouvais croiser. Mais la plupart faisaient tomber les clichés. Il n'y avait qu'une minorité qui remplissait les critère que l'on attribue au monde rasta. Finalement, je sors du festival avec la tête pleine de bons souvenirs, non seulement pour la musique, mais surtout pour le temps que j'ai passé en compagnie de mes amis. Maintenant, on attend avec impatience l'édition suivante !

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00