La Liberté

Eduquer pour mieux préserver

Les élèves de 6e primaire de Marly ont apprécié l’exposition «L’oracle du papillon». © Juliane Butty
Les élèves de 6e primaire de Marly ont apprécié l’exposition «L’oracle du papillon». © Juliane Butty
Partager cet article sur:
Publié le 30.05.2014

Page Jeunes - Environnement • Le système éducatif suisse intègre les thématiques du développement durable pour sensibiliser les élèves à l’importance de ces enjeux mondiaux.

Juliane Butty

En substance, le développement durable vise à répondre aux besoins du présent sans compromettre ceux du futur, en promouvant notamment l’intégrité de l’environnement, la viabilité économique et une société plus équitable. L’éducation joue un rôle-clé dans la transmission de ce concept. En Suisse, le canton de Fribourg se pose comme un précurseur dans ce domaine, insistant sur la formation des enseignants, la création de plates-formes de ressources ou l’élaboration de projets concrets.

François Bourqui, chargé de cours à la Haute école pédagogique de Fribourg (HEP-FR) et membre de l’équipe de formation des enseignants au développement durable, insiste: «Ce n’est ni un parti pris politique, ni une mode écologiste. C’est un choix de société inscrit dans la Constitution.» Il fait d’ailleurs partie du plan d’études romand. François Bourqui explique qu’il s’agit d’une démarche interdisciplinaire: «Le développement durable est intégré dans toutes les branches pour permettre aux jeunes d’acquérir des connaissances et d’exercer des compétences comme la capacité à communiquer ses idées tout en restant ouverts aux avis divergents.»

Source de motivation

Grâce à cette approche, les élèves peuvent travailler sur des thématiques auxquelles ils s’identifient directement. «On déplore souvent que nos jeunes ne s’intéressent plus à rien. Mais si on les met comme acteurs de leur éducation, face à des problématiques concrètes, ils sont prêts à s’engager», promet François Bourqui.

Francine Pellaud, responsable de l’unité de recherche didactique des sciences et de l’éducation au développement durable à la HEP-FR en est également convaincue: «Le développement durable représente une grande source d’automotivation pour les élèves car les sujets abordés ont du sens à leurs yeux et ne sont pas déconnectés de la réalité.»

 

Les jeunes, des moteurs

Dans cet esprit, l’exposition «L’oracle du papillon», en ce moment à l’ancienne usine Cardinal, a collaboré avec des professeurs de géographie et des enseignants de la HEP-FR, dont Francine Pellaud, pour proposer des visites didactiques aux étudiants fribourgeois. L’exposition a reçu la reconnaissance de la commission suisse de l’Unesco pour l’éducation au développement durable. «Voilà un bel exemple de coopération entre le monde économique et celui de la formation!», se réjouit François Bourqui. L’activité «Vue de ma classe», élaborée par la HEP-FR, se destine par exemple aux classes primaires. «Les élèves sont confrontés à des transformations, naturelles ou dues aux activités humaines, affectant aussi bien la nature que l’homme ou l’économie», détaille sa conceptrice.

«J’ai adoré l’exposition et compris la nécessité de préserver notre planète», déclare avec enthousiasme Anastazya, 12 ans, élève en 6e primaire à Marly. Aux plus âgés, on présente des cartes et statistiques. «Un écran a donné le nombre de recherches Google effectuées entre minuit et 10 heures: plus d’un milliard!», s’étonne Mathieu, 17 ans, élève au Collège Sainte-Croix. Une activité avec des tablettes leur expose des solutions pour diminuer leurs émissions de CO2. «C’est important qu’ils se sentent impliqués, car au final, ils seront les moteurs de la transformation», conclut Francine Pellaud.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00