La Liberté

«Je dois ressentir la musique pour créer»

Eyva travaille sur ses projets musicaux à Londres. © Agathe Barré
Eyva travaille sur ses projets musicaux à Londres. © Agathe Barré
15.01.2019

Coup de cœur » La jeune Fribourgeoise Eva Pernet, Eyva de son nom d’artiste, évolue à Londres.

Eyva, jeune Fribourgeoise de 23 ans, sortira son troisième single en février. Après avoir terminé une école de musique à Londres, elle travaille à plein temps comme artiste. Ses deux premiers titres de pop alternative surprennent par sa voix envoûtante, le soin apporté au son, aérien, et par la créativité des clips. Eyva, directrice de son projet, collabore avec plusieurs personnes pour atteindre ce résultat: «Quand j’ai voulu faire des disques, je me suis mise à collaborer avec des gens qui apportaient ce que moi, je n’avais pas. Victor Pascal est producteur et je travaille avec Sophie Berset sur les vidéos.»

Les clips ont une place importante dans le projet. Délia Krayenbühl, danseuse de l’école La Manufacture à Lausanne, y joue le rôle de l’actrice principale. Elle a intégré cinq autres danseurs dans le clip du deuxième album sorti en novembre, Lullabye, et Margaux Huber y a apporté son aide comme assistante créative. Eyva explique: «Comme la musique est plutôt atmosphérique et rêveuse, le visuel était important pour moi. Avec une histoire racontée par l’image et la danse, je touche un nouveau public.»

De nouvelles perspectives s’offrent à la chanteuse pour le futur: «J’aimerais laisser respirer le projet et continuer à développer l’audiovisuel avec un court-métrage sur deux singles. Ça signifierait sortir du format typique des titres qui se succèdent sans rapport les uns avec les autres.» Actuellement, en plus de la préparation de concerts, Eyva doit gérer les attentes du public tout en restant fidèle à son style: «C’est un peu mon combat. Je ne peux pas créer une musique qui ne me correspond pas; je dois ressentir pour créer. Les attentes extérieures feraient vite tomber la production dans le mainstream.» Cependant, la chanteuse reconnaît l’importance du regard de l’autre pour faire évoluer sa musique. «Collaborer avec des personnes plus logiques que moi me pousse à repenser ma musique et voir ce qui ne fonctionne pas. Je suis très bien entourée.»

Bien que la production se déroule à Londres, Eyva tient à garder un pied à Fribourg. On pourra l’entendre fin février dans l’émission Radio Paradiso de la RTS. Lise Schaller

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00