La Liberté

L’espace de travail se partage

David ­Regamey 
et Zara Groh voient l’espace de travail ­partagé comme une ­réponse à l’évolution 
des conditions de travail. © 
Kim de Gottrau
David ­Regamey 
et Zara Groh voient l’espace de travail ­partagé comme une ­réponse à l’évolution 
des conditions de travail. © 
Kim de Gottrau
08.08.2017

Fin juillet, Vibration Workingshare a ouvert ses portes à la route du Jura

Kim de gOTTRAU

Fribourg »   Flexibilité et communauté… Tels sont les piliers de la société à responsabilité limitée Vibration Workingshare, qui a ouvert fin juillet à la route du Jura à Fribourg. Le projet: offrir un espace de travail ouvert et partagé. «L’idée est venue après avoir constaté l’évolution de l’environnement de travail», explique le fondateur Jérôme Mariéthoz, 42 ans, qui travaille dans l’immobilier.

Grâce aux nouvelles technologies, les gens se déplacent davantage et peuvent travailler avec leur ordinateur depuis n’importe où. Par ailleurs, la nouvelle génération privilégie aussi une certaine qualité de vie. «Vibration Workingshare leur permet de réserver un espace de travail ainsi que des salles de réunion proches du domicile, de façon automatique et cela même pour une heure», expose Jérôme. «On propose une forme de travail qui reflète la société actuelle», complète son associé David Regamey, 33 ans, juriste de formation. Avec leur troisième associé German Lecina, un ingénieur-architecte de 33 ans, ils ont mis en place leur projet en une année et proposent différents modules d’heures, de jours ou de mois, à réserver selon ses besoins.

«On peut toucher beaucoup de monde, précise David, que ce soit des indépendants, des entreprises sans succursale à Fribourg, des pendulaires ou encore des étudiants.» Le système se veut simple: on s’inscrit et on paie en ligne puis on reçoit par courriel une confirmation et un identifiant pour entrer dans les salles.

Des anges

Vibration Workingshare souhaite aussi mettre en avant l’aspect communautaire. L’idée est de développer une synergie entre les coworkers (collaborateurs, ndlr), qui créent par leurs échanges des ondes de «Vibration». La collaboration est également de mise au sein de l’équipe de dix étudiants qui entoure les trois associés. Zara Groh, 24 ans, coordinatrice de l’équipe, explique leur rôle: «On nous appelle les anges car nous avons une vision complète de tous les domaines et partageons nos idées.»

Ils s’occupent par exemple de tester les nouveautés, de donner des retours ou encore d’accueillir les coworkers. Que pense Zara de ce concept? «En tant qu’étudiante, je vais certainement profiter de ces locaux, répond-elle. Il y a trop de distractions à la maison et, en période de révisions, il y a trop de monde à la bibliothèque.» Elle apprécie aussi l’ergonomie et le design réfléchi de cet espace, dont l’investissement financier a été lourd. «Mais il se rentabilisera grâce au nombre de places de travail», espèrent les fondateurs.

Quel succès à l’avenir?

Les infrastructures hébergent 58 places de travail, sans compter les salles de réunion. Maintenant, il s’agit d’attendre, puisque les fondateurs n’ont encore aucune idée du nombre de personnes intéressées. «On ne souhaitait pas se montrer avant que tout ne soit terminé», précise David. La promotion commence, avant une grande inauguration en septembre. 

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00