La Liberté

Victime ou meurtrière ?

Sortie en avril dernier sur Netflix, « Quicksand » est une petite révélation originaire de Suède.
Sortie en avril dernier sur Netflix, « Quicksand » est une petite révélation originaire de Suède.
14.05.2019

L’article en ligne – Séries TV » « Quicksand », nouvelle série suédoise disponible sur Netflix et adaptée du roman « Rien de plus » de Malin Persson Giolito, a déjà fait couler pas mal d’encre. Et l’avis de la Page Jeunes ?

Joanne Fontana

Une sombre matinée se profile au sein du lycée du quartier le plus fortuné de Stockholm. Sebastian, un jeune étudiant, entre dans sa salle de classe et sort une arme de gros calibre d’un sac de sport. Il commence à tirer ; les détonations se mêlent aux cris terrifiants. Cependant, au milieu de tout ce carnage, Sebastian n’est pas la seule personne à tenir un fusil à la main : Maja, sa petite amie, semble être impliquée elle aussi, mais à quel point ? Doit-elle être condamnée pour meurtre, incitation au meurtre ou simplement être blanchie ? « Quicksand » raconte l’histoire d’une jeune fille qui n’a pas toujours fait les bons choix et qui, peut-être, risque d’en payer le prix fort.

Disons-le directement, la série « Quicksand » est une série qui ne déçoit pas et qui mérite d’être vue. En premier lieu, son scénario prend aux tripes dès les premières minutes de visionnage. Commencer la série par une scène de massacre dans une salle de classe pose les premières interrogations : qui et pourquoi ? Et surtout, est-ce que Maja mérite une condamnation ou n’a-t-elle finalement qu’assisté à la triste scène ? Puis les personnages eux-mêmes sont intéressants à suivre. Maja est assez ambigüe et semble avoir le don de n’écouter aucun conseil, ou ne prend en compte que les moins bons d’entre eux et enchaîne alors les mauvaises décisions. Elle reste pourtant touchante et attachante, cherchant toujours à bien faire.

Sebastian subit quant à lui une longue descente aux enfers tout au long des épisodes qui tentent de nous expliquer, et non de justifier précisons-le, ses actes barbares et sanglants. Le jeu des acteurs fait aussi beaucoup dans la qualité des personnages et de la série, avec une jeune fille incarnée par Hanna Ardéhn souffrant le martyre à cause de souvenirs douloureux, posant ainsi un conflit moral au spectateur : doit-on prendre en pitié cette présumée meurtrière ? Sans parler de Felix Sandman interprétant Sebastian, montrant une attitude parfois si hautaine et détestable que le téléspectateur peut en être franchement exaspéré. Rajoutons à tout ce joyeux mélange une dose de suspense qui ne s’estompera qu’avec les dernières minutes de diffusion, créant par la même occasion une série qui en vaut vraiment la peine.

« Quicksand » n’est cependant pas à la portée de n’importe quel public. Certaines de ses scènes sont très chargées émotivement et sanglantes à souhait. Pour ne pas être interprétée comme une ode à la tuerie pour régler ses problèmes personnels et soulager son mal-être, « Quicksand » doit être visionnée par un public mature capable de se poser des questions morales.

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00