La Liberté

Yuka, l’application qui révolutionne vos courses

Un scan du code-barre permet de découvrir la qualité du produit. © Elsa Rohrbasser
Un scan du code-barre permet de découvrir la qualité du produit. © Elsa Rohrbasser
04.07.2019

L’article en ligne – Consommation » Alors que de plus en plus de gens se tournent vers une consommation plus saine, l’application Yuka permet de connaître – et comprendre – la composition de nos produits alimentaires et cosmétiques.

Elsa Rohrbasser

La crème solaire que je tartine allègrement sur mon corps chaque été –et qui, soit dit en passant coûte un bras ? « Mauvais ». C’est du moins ce que me rétorque l’application Yuka, après que j’ai scanné le code-barre de mon produit-phare de l’été. Trop de ci, pas assez de ça : apparemment, la composition du produit serait catastrophique pour mon organisme. Depuis, j’ai scanné tout mon frigo et toute ma salle de bain et... C’est pas glorieux. Mais alors, quelle est donc cette application qui révolutionne notre consommation ? 
Le principe de l’application Yuka, créée en France, est simple : à l’aide de votre smartphone, il suffit de scanner le code-barre d’un produit, tant alimentaire que cosmétique, pour que Yuka nous indique sa qualité. On se repère à l’aide de quatre adjectifs : excellent, bon, médiocre et mauvais, ainsi que d’une note sur 100. L’application nous révèle ensuite tout ce que l’on trouve de mauvais, ou de bon, dans le produit scanné. Cette dernière partie-là, qu’on se le dise, c’est bien souvent du chinois... Si, comme moi, vos connaissances en chimie sont limitées, je vous recommande donc de garder internet près de vous.
Se pose néanmoins la question de la transparence : si les marques payaient l’application pour valoriser leurs produits, la crédibilité de la note descendrait évidemment en flèche. A ce propos, le site internet nous offre une pléiade d’informations. L’application est 100% indépendante et aucune influence provenant de marque ou de fabricant n’est à déclarer. Les produits alimentaires sont notés selon leur qualité nutritionnelle, leur présence d’additifs et leur dimension biologique. Quant au verdict des cosmétiques, il se base sur une analyse de l’ensemble des ingrédients qui les composent. S’ajoutant au site très complet de l’application, plusieurs médias ont déjà mené l’enquête (parmi eux, les reportages de France2 et France5), ce qui témoigne notamment du succès de l’application. Son équivalence suisse existe également ; en effet, les produits suisses ne sont pas toujours répertoriés sur Yuka. L’application helvète a elle aussi eu droit à son reportage par la RTS.
Savoir ce que l’on met sur son corps et ce que l’on a dans son assiette semble passionner les foules. Mais cette manie du scan a de quoi rendre fou... J’ai ainsi passé une trentaine de minutes à scanner toutes les crèmes solaires de la pharmacie, à la recherche de celle qui saurait obtenir une autre note que « médiocre », en vain. Alors, cette application nous rend-elle vraiment service ? En tout cas, cet été, à moi perturbateurs endocriniens, risques élevés de méthoxycinnamate d’éthylhexyle, butylhydroxytoluène et triethanolamine !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00