La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Des petits riens titanesques

Le roman se joue dans des rues quelconques de Berlin, au début des années 1990. © Adobe Stock
Le roman se joue dans des rues quelconques de Berlin, au début des années 1990. © Adobe Stock
Partager cet article sur:
Publié le 27.11.2021

Matthias Zschokke » L’auteur alémanique, qui vit à Berlin, ressasse le quotidien jusqu’à la lie dans Le Gros Poète.

Il ne se passe presque rien. Ou si peu. Le Gros Poète tient de l’antiroman, de l’absence d’intrigue, d’une volonté de non-spectaculaire. Et pourtant les longues phrases happent, elles arrachent au brouillard de la pensée. Non pas qu’elles y mettent de l’ordre. Mais dans sa manière de ressasser le quotidien autant que les lectures embrouillées dans l’esprit, Matthias Zsochokke dit la force d’une existence, d’une vie, même si elle est dérisoire.

Son roman a d’abord paru en allemand au début des années 1990. Le mur de Berlin vient de tomber, mais l’Histoire ne s’est pas engouffrée dans sa littérature à lui. Si le paysage urbain de Berlin, où il vit, le marque assurément, ou marque son roman, c’est plutôt par défaut, parce qu’il faut bien situer le roman quelque part. On y sent en partie les chantiers, la transformation en marche. Mais l’écrivain suisse recon

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00