La Liberté

Elles défient les ans avec sang froid

Selon deux études, les espèces à sang froid semblent en partie échapper au vieillissement

La tortue Jonathan, âgée d’environ 190 ans (ici photographiée en avril 2021), est le plus vieil animal terrestre connu. © Xben911/CreativeCommons
La tortue Jonathan, âgée d’environ 190 ans (ici photographiée en avril 2021), est le plus vieil animal terrestre connu. © Xben911/CreativeCommons

Issam Ahmed

Publié le 29.06.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Animaux » Etre une tortue, secret d’une éternelle jeunesse? Le faible vieillissement observé chez des espèces à sang froid remet en cause, selon deux études, l’idée selon laquelle la dégradation biologique progressive, qui mène à la mort des animaux, est inévitable.

Au-delà de quelques cas particuliers – comme la tortue Jonathan, 190 ans – la question n’avait pas été étudiée aussi largement, a expliqué David Miller, coauteur de l’un des deux articles, publiés dans la prestigieuse revue Science. Des chercheurs «s’étaient davantage penchés sur un travail de comparaison, vraiment complet, avec les oiseaux et les animaux dans la nature, raconte le chercheur en écologie de l’université Penn State, aux Etats-Unis. Mais ce que nous savions sur les amphibiens et les reptiles venaient d’une espèce ici, d’une autre là…» Pour son travail, David Miller a rassemblé des données de travaux de terrain de long terme comprenant 107 populations de 77 espèces sauvages, dont des tortues, des amphibiens, des serpents et des crocodiliens.

Grenouilles et crocodiles

Ces études, en identifiant puis suivant des individus sur plusieurs années, permettent d’estimer, avec des probabilités, la mortalité de la population donnée. Ils ont également collecté des données sur la durée de vie des animaux après la maturité sexuelle et, avec des méthodes statistiques, déterminé les rythmes de vieillissement – ou sénescence – ainsi que la longévité, c’est-à-dire ici l’âge au bout duquel 95% de la population est déjà morte.

«Nous avons trouvé des exemples de vieillissement minime», a poursuivi Beth Reinke, biologiste à l’université Northeastern aux Etats-Unis, et l’une des principales auteures de l’étude. S’ils s’attendaient à cela pour les tortues, des conclusions similaires sont apparues pour une espèce dans chaque groupe d’animaux à sang froid, dont celui des grenouilles et des crocodiles.

«Un vieillissement ou sénescence minime ne veut pas dire qu’ils sont immortels», a précisé la chercheuse: ils ont une chance de mourir, mais cette probabilité n’augmente pas avec l’âge. A l’inverse, chez les femmes américaines par exemple, le risque de mourir dans l’année à 10 ans est d’un sur 2500, contre un sur 25 à 80 ans.

L’étude a été financée par les Instituts américains pour la santé (NIH), qui cherchent à mieux connaître le vieillissement des organismes ectothermes, souvent identifiés par abus de langage comme organismes «à sang froid», pour une application sur les humains, eux endothermes.

Les scientifiques ont longtemps estimé que les ectothermes vieillissaient moins rapidement en raison de leur dépendance à l’environnement pour réguler leur température, ce qui réduit leur métabolisme, à l’inverse des endothermes, qui produisent leur propre chaleur et ont un métabolisme plus important.

Ce lien demeure juste pour les mammifères: les souris ont un métabolisme plus rapide que les humains, et une espérance de vie plus courte. Mais selon cette nouvelle étude, et à l’inverse de ce que l’on pensait jusque-là, le rythme du métabolisme n’est pas le premier facteur de la sénescence.

Jonathan est aveugle

La seconde étude, menée par une équipe de l’Université du Sud du Danemark et d’autres laboratoires, présente les résultats tirés d’une méthode similaire appliquée à 52 espèces de tortues, terrestres et marines, dans des populations de zoos. Parmi ces espèces, 75% ont montré un vieillissement minime, ont conclu les scientifiques.

«Si certaines espèces parviennent vraiment à échapper au vieillissement, et des études dédiées parviennent à en comprendre les mécanismes, la santé et la longévité des humains pourraient en bénéficier», écrivent les chercheurs Steven Austad et Caleb Finch dans un commentaire de leur publication. Ils notent cependant que si certaines espèces ont un taux de mortalité qui n’augmente pas avec les années, ils accumulent des blessures liées à l’âge.

Jonathan, la tortue âgée de 190 ans, «est désormais aveugle, a perdu son odorat et doit être nourrie à la main», expliquent les scientifiques. AFP/ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Corto, éternel héros

    Bande dessinée » C’est une belle surprise! Corto Maltese est de retour, qui plus est dans un tout bon album. Le vrai Corto, né en 1887. Pas cet étrange marin...
  • pictogramme abonné La Liberté Le monde du A

    Dominique A sort un quinzième album luxuriant trente ans après ses débuts
  • pictogramme abonné La Liberté Toujours actuelle Starmania

    Salle CO2 »   La comédie musicale de Michel Berger et Luc Plamondon, Starmania, continue d’inspirer les passionnés. Un comité motivé, en collaboration avec...
  • pictogramme abonné La Liberté Dal Segno: transmettre la flamme de l’art choral

    Seize chœurs se joignent à Dal Segno, événement en hommage aux compositeurs fribourgeois seniors
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11