La Liberté

La Ligue du LOL, du rire aux larmes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les harceleurs s’en prenaient à leurs victimes sur internet, et parfois également dans la vie quotidienne. © Alejandro Escamilla/Unsplash
Les harceleurs s’en prenaient à leurs victimes sur internet, et parfois également dans la vie quotidienne. © Alejandro Escamilla/Unsplash
Partager cet article sur:
18.02.2019

Les pratiques de harcèlement d’un boy’s club numérique ont fini par rattraper ses membres

Aude-May Lepasteur

Réseaux sociaux » «Nul nul nul et nul. Devrait se reconvertir dans les films pour adultes où je suis sûr qu’elle ferait son trou.» La semaine dernière, Léa Lejeune, journaliste chez Challenges, une publication économique, est revenue sur le harcèlement numérique dont elle a longtemps été victime. La phrase en tête de ce paragraphe n’est qu’un exemple des «traits d’esprit» déployés pour lui nuire professionnellement, et personnellement.

Les agissements d’une trentaine de journalistes et communicants parisiens qui, dans les années 2010, échangeaient sur un groupe Facebook baptisé Ligue du LOL (de l’anglais Laughing out loud, soit rire à haute voix) ont récemment défrayé la chronique. Et coûté leur poste à certains d’entre eux. Photomontages pornogr

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
suivez-nous sur insta

 

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00