La Liberté

La précarité, une triple peine

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
27.10.2020

Anne Lavanchy et ses collègues ont été surpris par «le manque de clarté et de lisibilité des procédures, mais aussi la difficulté de comprendre qui résume les informations, qui les sélectionne, qui prend quelle décision…»

Un parcours d’obstacles qui peut représenter une triple peine pour les personnes en situation difficile. Elles doivent d’abord surmonter les problèmes du quotidien pour réunir les pièces nécessaires, organiser leur dossier, alors que dans le même temps, elles auraient plutôt besoin du soutien de services sociaux, fait remarquer l’anthropologue. Il leur faut ensuite tenter de s’y retrouver parmi les étapes, démarches et routines administratives fort complexes menant à la naturalisation (ou pas). Anne Lavanchy cite en exemple «le cas de M. Charles*: il nous a fallu des mois pour démêler la procédure. Lui était persuadé d’avoir fait deux demandes de naturalisation, avec deux refus. Du côté de l’administration, en revanche, le dossier était considéré comme une se

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00