La Liberté

La Suisse, un pays de choc

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le lien entre chocolat et paysage helvétiques est toujours fort: ici la plus grande œuvre en chocolat représentant la Gruyère, réalisée pour les dix ans de la Maison Cailler. Alain Wicht-archives/photo prétexte
Le lien entre chocolat et paysage helvétiques est toujours fort: ici la plus grande œuvre en chocolat représentant la Gruyère, réalisée pour les dix ans de la Maison Cailler. Alain Wicht-archives/photo prétexte
Partager cet article sur:
09.11.2020

Le professeur de géographie culturelle Gilles Fumey sort un livre sur le lien de notre pays avec le chocolat

Tamara Bongard

Gastronomie » De la douceur, on en a besoin plus que jamais. En pralinés, en plaques, en barres, en créations aériennes ou en éclats bruts de décoffrage. Il est d’ailleurs assez étonnant que nous soyons parmi les plus gros mangeurs de chocolat par habitant au monde puisque la Confédération n’a pas eu d’empire colonial et ne fait pas encore pousser de cacaoyers sur le Moléson.

Alors pourquoi la Suisse est-elle un pays de choc? Le professeur de géographie culturelle Gilles Fumey creuse cette question dans son ouvrage Douceurs et amertumes du chocolat de Suisse et d’ailleurs. Un sujet que le Français connaît bien, non seulement parce qu’il est spécialiste des questions alimentaires, mais aussi parce qu’il a travaillé quelques semaines à Chocolat Villars lorsqu’il étudiait à Fribourg.

Culture Gastronomie Moléson Montagne Terroir Tous les tags

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00