La Liberté

La violence? Le fait des hommes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
L’aptitude à prendre des risques physiques est encouragée chez les garçons. Ines Cancela/Unsplash
L’aptitude à prendre des risques physiques est encouragée chez les garçons. Ines Cancela/Unsplash
Partager cet article sur:
06.04.2021

Les comportements virils coûtent cher à nos sociétés, pointe l’historienne française Lucile Peytavin

Dominique Hartmann

Egalité » En France, ils constituent 83% des infractions pénales traitées chaque année, 86% des personnes mises en cause pour meurtre, 84% des auteurs présumés d’accidents de la route mortels ou encore 92% des élèves sanctionnés pour des gestes touchant aux biens ou aux personnes. En matière de comportements antisociaux, les hommes sont largement surreprésentés. Dans Le coût de la virilité, Lucile Peytavin s’étonne du peu d’intérêt accordé à cette question et souligne les répercussions financières de cette violence. Son essai veut avant tout générer une prise de conscience collective sur les origines culturelles du phénomène et la dominance des valeurs virilistes.

L’historienne a épluché les statistiques des services d’incendie; les budgets de la police

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00