La Liberté

Réécrire le «roman national»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Erigée en 1981, la statue de la Mère-Patrie, à Kiev. Depuis 2015, le Parlement ukrainien interdit les symboles soviétiques et change les noms des rues et des monuments. © Robert Anasch
Erigée en 1981, la statue de la Mère-Patrie, à Kiev. Depuis 2015, le Parlement ukrainien interdit les symboles soviétiques et change les noms des rues et des monuments. © Robert Anasch
Partager cet article sur:
15.03.2021

Un livre d’histoire pour relire les contours de trois pays: Russie, Ukraine et Pologne

Gilles Labarthe

Patrimoines » En Ukraine, on déboulonne des statues de Lénine, tandis que la Russie de Poutine réhabilite le passé impérial et stalinien tout en poursuivant ses stratégies d’expansion depuis l’annexion de la Crimée ou la sanglante guerre dans le Donbass, qui sévit depuis 2014. De son côté, la Pologne rêve de ses splendeurs passées et participe à la muséification du mouvement Solidarność et de son héros, le simple électricien-mécanicien Lech Wałęsa… Que se passe-t-il à l’est, depuis la chute du communisme en 1989-1991? Histoire partagée, mémoires divisées, ouvrage qui vient de paraître, apporte des éclairages sur les grands espaces, événements et figures de ces trois pays, en pleine réécriture de leurs «romans nationaux», tout comme leurs voisins hongrois, s

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00