La Liberté

Une pièce pour lutter contre le déni

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
La distribution réunit Christian Cordonier, Frédéric Lugon, Sabrina Martin, Yann Pugin, Sylviane Tille. © Mercedes Riedy
La distribution réunit Christian Cordonier, Frédéric Lugon, Sabrina Martin, Yann Pugin, Sylviane Tille. © Mercedes Riedy
Partager cet article sur:
25.11.2021

Le metteur en scène François Marin présente Grâce à Dieu d’Ozon au Théâtre des Osses

Elisabeth Haas

Givisiez » Médiatisée, l’affaire Bernard Preynat, du nom d’un prêtre du diocèse de Lyon, a mis en lumière le silence qui entourait les abus sexuels dans l’Eglise. En 2016, le cardinal Barbarin a eu cette phrase maladroite: «Grace à Dieu, les faits sont prescrits». Le cinéaste François Ozon en a fait un film, puis une pièce de théâtre. Dans la mise en scène du Valaisan François Marin, Grâce à Dieu tourne à partir de demain au Théâtre des Osses.

Début octobre, la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise a rendu son rapport. Son président, Jean-Marc Sauvé, a dénombré entre 2900 et 3200 pédocriminels au sein de l’Eglise catholique en France depuis 1950, faisant au moins 216 000 victimes mineures.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00