La Liberté

Dans le même panier à commissions

Dans le même panier à commissions
Dans le même panier à commissions
15.12.2018

Serge Gumy Rédacteur en chef

Opinion

Il n’y a pas que les enfants qui trépignent dans l’attente de Noël. Les citoyens de Fribourg espèrent eux aussi que l’Avent prenne fin au plus vite, histoire que se termine le pitoyable feuilleton au sujet de l’ouverture des magasins. Conseil communal, syndicats, commerçants et préfet de la Sarine: entre le bœuf et l’âne gris, pas un pour sauver l’autre dans cette bouffonnerie digne de carnaval, ils sont tous à mettre dans le même panier à commissions. Rideau!

Les premiers à mériter le nez rouge – celui du clown, pas du renne Rodolphe – sont les commerçants des rues de Romont et de Lausanne. En déposant leurs demandes d’ouverture prolongée tardivement, ils ont en effet acculé les autorités compétentes et les ont empêchées de prendre des décisions raisonnées avec la hauteur de vue nécessaire.

On peut malgré tout s’étonner que le Conseil communal n’ait pas anticipé une question politiquement brûlante, sachant que les syndicats sont en train de recueillir des signatures contre la loi cantonale révisée et la prolongation jusqu’à 17 heures des horaires du samedi. En réunissant tous les acteurs autour d’une même table, l’exécutif de la ville aurait peut-être réussi à arracher un compromis. Une solution défendable aurait consisté à autoriser tous les commerces de Fribourg qui le souhaitaient à ouvrir jusqu’à 17 heures les 1er, 15 et 22 décembre, contre le respect du férié de l’Immaculée Conception. Occasion ratée, malheureusement.

Les syndicats auraient-ils seulement accepté de mettre de l’eau dans leur vin chaud bouillant? Le contexte du référendum en cours n’incite pas à la modération. Sans doute la potion épicée tirée des raisins de la colère a fait tourner la tête des défenseurs du personnel de la vente. On ne s’explique pas sinon pourquoi ils ont «oublié» de faire également recours contre l’ouverture prolongée des commerces situés à proximité du marché de Noël de Bulle…

Le pompon (du père Noël) revient néanmoins au préfet de la Sarine Carl-Alex Ridoré. A vouloir ménager la chèvre et le chou, il a pris des décisions manquant singulièrement de bon sens, d’abord en disant oui à une ouverture le 8 décembre à la rue de Lausanne, et pas à la rue de Romont; ensuite en limitant la prolongation jusqu’à 17 heures à certaines rues, plutôt que l’étendre à toute la ville. Il a fallu à deux reprises que le Tribunal cantonal corrige des considérations bancales construites sur le droit mais parties de travers (voir page 17). Avec un tel carnet de notes, un élève ne mériterait pas de cadeau à Noël...

C’est néanmoins la capitale cantonale dans son entier qui passe pour une dinde à cause de cette triste farce. Embarqué dans un ambitieux processus de fusion, Fribourg se rêve grand. Ces dernières semaines ont montré à quel point la ville reste provinciale.

Articles les plus lus
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00