La Liberté

Pauvre canton de Fribourg…

08.06.2018

Je suis avec intérêt et une certaine consternation le feuilleton qui se joue entre l’Etat et le personnel de l’HFR. Une fois de plus, lorsqu’une entreprise fait du déficit, on veut appliquer la solution de facilité: diminution de personnel, baisse des salaires.

On s’attaque au statut du personnel hospitalier sans égard pour le travail admirable qu’il réalise avec une compétence garantie par une formation très exigeante, dans un esprit de dévouement et une belle ambiance, jusqu’à pousser les infirmières et infirmiers à la grève, et c’est triste.

Cela me fait penser à une anecdote que me racontait un jour un bon vieillard. Savez-vous, me dit-il dans son patois savoureux, ce qui est le plus triste pour quelqu’un? C’est d’avoir les trois P: pou, piti et pouro, ce qui se traduit en français par vilain, petit et pauvre. J’ai l’impression qu’on a parfois encore ce complexe véhiculé par les «witz» qui circulent ou qui circulaient sur les Fribourgeois, alors que nous avons un magnifique canton, grand et riche: riche financièrement, mais aussi riche de ses écoles, de ses industries, de ses fonctionnaires (enseignants, personnel de la santé, etc.), riche de ses hôpitaux, de ses médecins, etc.

Alors, s’il vous plaît, foin de complexes, un peu d’orgueil. Si nos infirmières sont un peu mieux payées qu’ailleurs, soyons-en fiers et ne détruisons pas un statut qui leur convient et qu’elles méritent.

Marcel Colliard, Ursy

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00