La Liberté

Payerne ferme son aire d’accueil

Le terrain où sont stationnées les caravanes pendant une partie de l’année sera désaffecté et rendu à la nature. © Alain Wicht-A
Le terrain où sont stationnées les caravanes pendant une partie de l’année sera désaffecté et rendu à la nature. © Alain Wicht-A
Partager cet article sur:
07.10.2014

Gens du voyage • La municipalité va condamner définitivement la place officielle du bois de Boulex à la fin du mois. De nombreuses plaintes de la population ont motivé cette décision.

Chantal Rouleau

Les gens du voyage ne pourront plus s’arrêter à Payerne. La commune a annoncé hier sa décision de supprimer définitivement la place du bois de Boulex au 31 octobre prochain, date de sa fermeture annuelle. Située aux abords de la route cantonale, à environ trois kilomètres de l’entrée de la ville, l’aire officielle accueille les gitans depuis près de trente ans. «Nous avons informé les gens qui étaient sur place ce matin (lundi matin, ndlr)», a indiqué lors d’une conférence de presse André Jomini, le municipal payernois en charge du dossier. «Ils ont été surpris puisqu’ils s’installent ici depuis plusieurs années. Ils n’ont en revanche pas fait de remarques ni de menaces. Nous avons presque été surpris de leur réaction.»

L’augmentation des nuisances - pollution chronique du ruisseau situé à proximité, abandon de déchets dans la forêt ou encore contamination du bétail à la suite de défécations dans les prés - a amené la municipalité à prendre cette décision. «Nous avons eu une quinzaine de plaintes, notamment de voisins, ces deux dernières années», souligne André Jomini. Ouverte du 15 février au 31 octobre, la place a la capacité d’accueillir une trentaine de caravanes. Les occupants sont d’origine étrangère, principalement française.

Outre ces désagréments récurrents, les gitans ont une fois bloqué la route à un car scolaire, mettant ainsi en danger la vie d’enfants. La municipalité a également constaté des déprédations à certains bâtiments communaux comme l’école ou la piscine. «Les gens du voyage utilisent les vestiaires et les laissent dans un état déplorable», regrette la syndique Christelle Luisier Brodard.

Les autorités souhaitent redonner au bois de Boulex son aspect original. La désaffectation des lieux sera mise à l’enquête prochainement. Des arbres seront plantés et la place sera rendue à la nature.

Le canton prend acte

La commune menaçait déjà depuis 2012 de fermer l’aire d’accueil. «Nous avons pris la décision en février 2013 et avons informé le canton de Vaud», précise la syndique Christelle Luisier Brodard. «Nous leur avons ainsi laissé deux saisons pour chercher des solutions. Nous sommes conscients qu’il sera difficile de trouver une autre place, mais la commune a fait sa part depuis trente ans.»

Payerne étant propriétaire du terrain, le canton de Vaud n’a pas de prise sur sa décision. «Nous en avons pris acte», commente Béatrice Métraux, cheffe du Département des institutions et de la sécurité. «Gérer cette place est de la compétence de la commune. Le canton en assure l’entretien et la sécurité. Il n’y a eu aucune intervention de police depuis février 2013.»

Le canton de Vaud compte actuellement deux aires officielles de stationnement. Avec la fermeture de celle de Payerne, il ne restera que celle de Rennaz, qui est la propriété du canton et a la capacité d’accueillir environ 45 caravanes.

«Une place ne suffit pas. Une «task force» a été mise en place afin de trouver des solutions», assure Béatrice Métraux, qui a repris le dossier des mains de Jacqueline de Quattro en janvier 2014. «Nous sommes en train d’identifier des terrains potentiels, mais ce n’est pas facile. Ces communautés sont souvent stigmatisées et les communes n’ont plus la volonté de les accueillir.»

*****

Les cantons romands cherchent des solutions

Le canton de Vaud n’est pas le seul canton romand à chercher des solutions pour accueillir les gens du voyage. Actuellement, des aires d’accueil existent - outre celle de Payerne - à Rennaz (45 places), à Martigny, en Valais (une quarantaine de places) et à Versoix, dans le canton de Genève (environ une cinquantaine de places).

Dans le canton de Fribourg, une aire d’accueil est prévue à Sâles, aux abords de l’autoroute A12, à La Joux-des-Ponts. Celle-ci devrait être opérationnelle à la fin 2016. Du côté de Neuchâtel, le canton est actuellement à la recherche d’un terrain. En attendant, le site du Pré-Raguel, à La Vue-des-Alpes, a été désigné comme place provisoire jusqu’à la fin de l’année.

Dans le Jura, le gouvernement a également trouvé une solution provisoire, après avoir essuyé le refus de plusieurs communes. Les gens du voyage s’installeront à la sortie de Delémont, sur le parking d’une zone d’activités. CR

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00