La Liberté

Elle offre une visibilité aux écrivains

Le Scribe a bien changé en 20 ans. Son fondateur Michel Dizerens et la présidente de l’association Filomena Campoli comparent le premier numéro avec le 77, le dernier en date. © Alain Wicht
Le Scribe a bien changé en 20 ans. Son fondateur Michel Dizerens et la présidente de l’association Filomena Campoli comparent le premier numéro avec le 77, le dernier en date. © Alain Wicht
21.11.2016

La revue littéraire Le Scribe, qui a fêté ses 20 ans, souhaite rajeunir son lectorat pour assurer son avenir

delphine francey

Moudon »   Il est loin le temps où Michel Dizerens, aidé de son épouse Micheline, tapait à la machine à écrire les textes qu’il allait ensuite agrafer dans sa brochure d’une trentaine de pages Le Scribe du P’tit Broyard. Aujourd’hui, vingt ans après, la revue littéraire rebaptisée Le Scribe se présente sous la forme d’un livre d’une petite centaine de pages recueillant plusieurs dizaines de textes d’écrivains reconnus ou débutants. Et elle est pilotée par un comité de sept amoureux de la langue française.

Samedi à Moudon, Michel Dizerens a rejoint ses amis de l’association Le Scribe pour fêter les vingt ans du périodique ainsi que la remise des prix du treizième concours littéraire Le Scribe d’Or. Assis à une table, le Broyard compare le numéro 1 du Scribe av

Pour lire la suite de cet article :

Découvrez La Liberté pour Fr. 9.-/mois, sans engagement

Profiter de l'offre

ou

Accédez à tous les contenus pendant 24 heures pour Fr. 2.70

Acheter un accès
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00