La Liberté

L’hôpital se dévoile devant les enfants

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
(legende)Atelier de suture sur pied de porc, massage cardiaque, visite du laboratoire ou encore simulation d’une opération chirurgicale: les enfants ont pu découvrir un large éventail de métiers. Charly Rappo
(legende)Atelier de suture sur pied de porc, massage cardiaque, visite du laboratoire ou encore simulation d’une opération chirurgicale: les enfants ont pu découvrir un large éventail de métiers. Charly Rappo
(legende)Atelier de suture sur pied de porc, massage cardiaque, visite du laboratoire ou encore simulation d’une opération chirurgicale: les enfants ont pu découvrir un large éventail de métiers. Charly Rappo
(legende)Atelier de suture sur pied de porc, massage cardiaque, visite du laboratoire ou encore simulation d’une opération chirurgicale: les enfants ont pu découvrir un large éventail de métiers. Charly Rappo
(legende)Atelier de suture sur pied de porc, massage cardiaque, visite du laboratoire ou encore simulation d’une opération chirurgicale: les enfants ont pu découvrir un large éventail de métiers. Charly Rappo
(legende)Atelier de suture sur pied de porc, massage cardiaque, visite du laboratoire ou encore simulation d’une opération chirurgicale: les enfants ont pu découvrir un large éventail de métiers. Charly Rappo
(legende)Atelier de suture sur pied de porc, massage cardiaque, visite du laboratoire ou encore simulation d’une opération chirurgicale: les enfants ont pu découvrir un large éventail de métiers. Charly Rappo
(legende)Atelier de suture sur pied de porc, massage cardiaque, visite du laboratoire ou encore simulation d’une opération chirurgicale: les enfants ont pu découvrir un large éventail de métiers. Charly Rappo
Partager cet article sur:
08.11.2018

L’HFR a organisé ce jeudi des ateliers pour 120 jeunes gens venus découvrir le lieu de travail de leur parent

Maud Tornare

Fribourg » «Et ça sent mauvais?» questionne Sarah. Plus intriguée qu’effrayée, la fillette de 10 ans découvre avec malice les pieds de porc exposés dans une salle du service de chirurgie de l’Hôpital cantonal. Les pattes de cochon ne dégagent pas d’odeur particulière mais font peine à voir avec leur grosse entaille. «Le pied de porc est ce qui se rapproche le plus du derme de l’être humain. Ce ne serait pas la même chose si on s’exerçait sur une peau d’orange», explique Andreas Lanitis. Comme plusieurs de ses collègues, le chef de clinique adjoint a pour mission du jour d’initier les enfants à la suture d’une plaie. Guidés pas à pas dans cet exercice de précision et de concentration, les chirurgiens en herbe apprennent à manier le porte-aiguille, la pince et le ciseau. «C’

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00