La Liberté

La Belle-Croix retrouve son éclat

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Construite au début des années 1860, La Belle-Croix abrite un poêle en faïence de 1791 et dix-huit nouvelles chambres d’hôtel. Comme le reste du bâtiment, la terrasse et ses platanes centenaires sont mis sous protection.
Construite au début des années 1860, La Belle-Croix abrite un poêle en faïence de 1791 et dix-huit nouvelles chambres d’hôtel. Comme le reste du bâtiment, la terrasse et ses platanes centenaires sont mis sous protection.
Construite au début des années 1860, La Belle-Croix abrite un poêle en faïence de 1791 et dix-huit nouvelles chambres d’hôtel. Comme le reste du bâtiment, la terrasse et ses platanes centenaires sont mis sous protection.
Construite au début des années 1860, La Belle-Croix abrite un poêle en faïence de 1791 et dix-huit nouvelles chambres d’hôtel. Comme le reste du bâtiment, la terrasse et ses platanes centenaires sont mis sous protection.
Construite au début des années 1860, La Belle-Croix abrite un poêle en faïence de 1791 et dix-huit nouvelles chambres d’hôtel. Comme le reste du bâtiment, la terrasse et ses platanes centenaires sont mis sous protection.
Construite au début des années 1860, La Belle-Croix abrite un poêle en faïence de 1791 et dix-huit nouvelles chambres d’hôtel. Comme le reste du bâtiment, la terrasse et ses platanes centenaires sont mis sous protection.
Partager cet article sur:
27.04.2019

Protégé, le bâtiment historique a été entièrement rénové. L’établissement devrait rouvrir cette année

Photos Charly Rappo TEXTES Maud Tornare

Romont » A l’entrée de la Vieille-Ville de Romont, La Belle-Croix a troqué le vert pastel pour une façade beige et des volets couleur bordeaux. Après deux ans et demi de travaux, le bâtiment historique a été entièrement rénové. Restaurer et mettre aux normes cette ancienne bâtisse vétuste et protégée n’a pas été une mince affaire. Estimé à 2,2 millions de francs, le coût des travaux de rénovation du bâtiment devrait finalement se situer entre 3,2 et 3,6 millions de francs. «Ce fut un parcours du combattant», confie Bernard Charrière, copropriétaire avec la société GFI.

La réouverture de l’hôtel-restaurant devrait intervenir dans le courant de cette année. «Je suis à la recherche d’un exploitant ou d’un bon chef de cuisine, &

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00