La Liberté

La procession pour Dieu et le pouvoir

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Des enfants défilent en l’honneur du dieu Bacchus, vers l’an 210, attifés comme des servants de messe pour une Fête-Dieu. (Fresque découverte à Ostie). © Musée Pio-Clementino
Des enfants défilent en l’honneur du dieu Bacchus, vers l’an 210, attifés comme des servants de messe pour une Fête-Dieu. (Fresque découverte à Ostie). © Musée Pio-Clementino
Partager cet article sur:
25.05.2020

Le défilé rituel participe à la cohésion sociale depuis des millénaires. Une expo illustre cet héritage

Patrick Chuard

Histoire » Saint sacrement, fanfares, bannières, guggenmusiks… Les Fribourgeois ont toujours aimé défiler en musique. Loin d’être une spécialité cantonale, le cortège religieux ou profane est un rite vieux comme le monde, attesté dans les civilisations antiques. C’est ce que rappelle le passionnant ouvrage Marches à suivre. 5000 ans de procession et de pèlerinage, de Jean Steinauer et Marie-France Meylan Krause. Il s’agit du catalogue d’une exposition qu’on pourra visiter dès le 9 juin au Musée Bible+Orient, à l’Université de Fribourg. Questions à sa directrice, l’archéologue Marie-France Meylan Krause.

Peut-on vraiment comparer la Fête-Dieu à la fête d’Opet, la déesse hippopotame dans l’Egypte ancienne? A lire votre livre, on pourrait le croire.

Marie-France Meylan Krause: Disons qu’il y a des analogies dans le déroulement de la procession. Durant la fête d’Opet, on sort de sa chapelle le dieu Amon-Rê, sous la forme d’une statue, et on l’emm

Articles les plus lus
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00