La Liberté

Le blues des techniciens

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Plus de tournées, de festivals ou de manifestations: les ingénieurs du son et spécialistes des lumières se voient privés de leurs sources de revenus depuis de le début de la crise sanitaire. © Fotolia
Plus de tournées, de festivals ou de manifestations: les ingénieurs du son et spécialistes des lumières se voient privés de leurs sources de revenus depuis de le début de la crise sanitaire. © Fotolia
Partager cet article sur:
25.10.2020

Souvent indépendants, les ingénieurs du son et éclairagistes n’ont quasi plus de travail depuis des mois

Anne Rey-Mermet

Scènes » Discrets travailleurs de l’ombre, ils œuvrent toute l’année pour assurer de belles expériences aux spectateurs comme aux groupes sur scène. Jusqu’au mois de mars, les agendas des techniciens fribourgeois, ingénieurs du son, spécialistes des lumières, étaient remplis de soirées de concerts, de festivals ou de tournées. Depuis, ce sont les annulations et les reports qui constituent leur quotidien. Et qui dit pas de mandat, dit aussi pas de rentrée d’argent. «Ce n’est déjà pas forcément facile de tourner dans des conditions normales, alors avec la crise sanitaire…», relève Lionel Pugin, ingénieur du son indépendant.

Comme le Fribourgeois, beaucoup de techniciens sont indépendants. Ils sont engagés de façon régulière par différents mandataires, fais

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00