La Liberté

Le chant du piano aux Murten Classics

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
La pianiste Beatrice Berrut a offert un moment rare hier au public de l'église française de Morat. © Corinne Aeberhard
La pianiste Beatrice Berrut a offert un moment rare hier au public de l'église française de Morat. © Corinne Aeberhard
Partager cet article sur:
19.08.2019

Critique

Le public des Murten Classics profitait hier matin d’une fin d’été radieuse. D’une forme de disponibilité à l’instant présent au moment d’entrer dans l’église française de Morat. L’espace n’est pas très grand, il offre le luxe d’un concert privilégié, d’une écoute attentive et, pour les plus chanceux, d’une proximité rare avec la concentration et les doigts de la pianiste.

Quand les premières notes de la Sonate pour piano de Liszt résonnent, c’est tout un monde qui s’ouvre. Beatrice Berrut a le don de capter l’attention, de plonger l’auditoire dans un temps suspendu, rempli de sons drus, puissants, mais aussi ailés et délicats. L’attaque s’élève comme une prière, avant un déferlement tourmenté et grondant. Le Bö

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00