La Liberté

Les animaux, maîtres du hasard

Le nombre de Salons de Modeste varie chaque année en fonction du critère de répartition. Ici la 20e édition en 2015, chez Pierre-Alain Clément, l’ancien syndic de Fribourg. © Vincent Murith-archives
Le nombre de Salons de Modeste varie chaque année en fonction du critère de répartition. Ici la 20e édition en 2015, chez Pierre-Alain Clément, l’ancien syndic de Fribourg. © Vincent Murith-archives
23.02.2018

Les Salons de Modeste s’ouvrent ce soir. Le critère de répartition? Un animal. Interview d’une organisatrice

Propos recueillis par Nicole Rüttimann

Fribourg »   Modeste est de retour dans la ville. Ce soir, les salons ouvrent leurs portes dès 19 heures, pour offrir des moments de rencontre. Chaque année, un critère différent, basé sur le hasard, détermine le salon où chacun doit se rendre. Pour cette édition, c’est le thème du Carnaval des animaux qui a été choisi. Les participants doivent se rendre au kiosque de la place Python entre 18 et 20 heures 30, où ils choisiront l’animal qui les guidera vers leur salon. Et qu’ils se rassurent: ils n’auront pas à marcher longtemps puisque, à une exception près, tous les salons sont à Fribourg ou dans les alentours.

En seconde partie de soirée, visiteurs et hôtes se retrouveront pour une fête dans un lieu qui sera révélé dans les salons. Après le couvent des Augustins ou Fri-Son, place à une autre surprise… Geneviève Liaudat, coorganisatrice à Fribourg, lève le voile sur l’événement.

Depuis quand avez-vous rejoint l’organisation des Salons de Modeste? Et pour quelle raison?

Geneviève Liaudat: En 2014, j’ai ouvert un salon. La soirée a été si enrichissante qu’elle m’a donné l’envie de rejoindre l’équipe pour l’édition suivante. La rencontre humaine est passionnante, sous toutes ses formes; cet événement propose à tout un chacun de se plonger dans une expérience inédite de rendez-vous avec des inconnus. Si par hasard une connaissance se retrouve dans le même salon, ce sera une surprise. Un mot qui sied bien à Modeste, qui aime à nous surprendre et à émerveiller.

Depuis 1995, 500 particuliers ont ouvert leur salon à Fribourg, dites-vous. Leur nombre et celui des visiteurs baissent-ils?

La recherche de salons constitue une part du travail de l’équipe d’organisation. Chaque hiver, nombre de nouvelles personnes s’engagent à ouvrir leurs portes à leurs concitoyens. La jeune génération répond aussi à l’appel, gage de pérennité pour la manifestation. Quant au nombre de salons, il dépend plus du critère de répartition que de la difficulté de trouver des salons: quand les gens étaient répartis selon le jour de leur anniversaire, nous avions besoin de trente et un salons, un par jour que comptent les mois les plus longs; quand ils l’étaient selon leur taille, de vingt centimètres en vingt centimètres, nous avions besoin de vingt salons. Cette année, pour le Carnaval des animaux, nous avons décidé de nous arrêter à vingt-cinq salons. La plus grande difficulté, en fait, consiste à trouver le lieu de la fête finale: les espaces insolites permettant d’accueillir plusieurs centaines de personnes ne courent pas les rues à Fribourg. D’ailleurs, toutes propositions seront les bienvenues!

Comment envisagez-vous l’avenir de la manifestation?

La fête des Salons de Modeste appartient à tous: hôtes, participants et toute personne qui collabore à sa mise sur pied. Son succès ne s’est pas démenti depuis des années. Tant que les Fribourgeois joueront le jeu de Modeste dans les «coulisses» en amont, sur «scène» le jour J, Modeste vivra avec bonheur comme c’est le cas depuis 1995 pour devenir une véritable tradition dans notre région et même essaimer sous d’autres latitudes. Modeste est curieux des rencontres humaines et adore rester jeune: il se réjouirait que de nouvelles personnes rejoignent son équipe!

Comment expliquer cet engouement pour l’événement?

L’aspect inhabituel des rencontres proposées a du succès depuis 23 ans. En 2018, peut-être aussi pour d’autres raisons qu’au début: désir de vraies rencontres autour de la convivialité et de la simplicité, dans un monde qui devient de plus en plus virtuel ou individualiste? Les Salons ont anticipé les réseaux sociaux pour offrir des échanges de hasard à des personnes qui habitent la même région, se sont peut-être déjà croisées nombre de fois mais ne se connaissent pas ou peu.

Comment décidez-vous des critères de répartition?

Chaque année, l’équipe se retrouve avec plaisir quelques mois avant la fête pour élaborer les éditions. Il n’y a ni comité, ni statuts, simplement des personnes qui se retrouvent pour proposer des rencontres aux autres. Cette soirée est une plongée vers l’inconnu, toujours généreux et convivial.


 

Modeste a aussi ses Rendez-vous dans la Glâne

Celles et ceux qui souhaitent prendre part à la 10e édition romontoise des Salons de Modeste sont attendus ce soir, dès 19 heures, chez un inconnu. Pour connaître votre adresse de destination (lire tableau ci-contre), il vous suffit d’additionner le montant des pièces de monnaie qui se trouvent aujourd’hui dans votre porte-monnaie. Attention, les billets ne comptent pas! CG

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00