La Liberté

Moi qui ai la chance d’avoir trois grand-mamans

Manon Mullener. © Julien Chavaillaz
Manon Mullener. © Julien Chavaillaz
Partager cet article sur:
20.04.2020

Lettre à nos aînés

Chères grand-mamans,

Quand on m’a demandé d’écrire cette lettre, les premières choses auxquelles j’ai pensé, ce sont la chance que j’ai de vous avoir et la peine que j’ai à l’idée de vous imaginer isolées du monde et loin de nous. Pourtant, vous savez que vous n’êtes pas seules.

Il y a toi, Rose-Marie, confinée dans ton appartement à Lovens, sur tes «Hauts de Hurlevent» comme tu le dis souvent en référence au climat parfois capricieux qui y règne. Tu as eu le malheur de perdre ton chien il y a peu, et tu avais peur de te sentir seule sans ton fidèle compagnon au nom d’oiseau. Pourtant, chaque fois que nous discutons, tu m’épates par ton optimisme et ta joie de vivre. Même si je sais que tes nombreuses balades en forêt et les petits thés du samedi matin avec tes copines te manquent, tu as toujours quelque chose à faire, quelque chose à raconter, des souvenirs à évoquer. Tu m’as même dit tenir un journal de bord, j’ai trouvé cela épatant. Je me réjouis de te revoir bientôt pour boire le thé avec toi, rigoler et te prendre dans mes bras.

Ensuite, il y a Jacqueline, toi aussi confinée mais dans ton home en Gruyère. J’imagine que ça n’est pas facile pour toi d’être loin de nous, spécialement pendant les récentes fêtes de Pâques. Lors de notre dernière conversation au téléphone, tu m’as dit que c’était une situation particulière mais qu’il fallait simplement attendre que ça passe, que tout irait bien. Tu m’as aussi demandé si je pouvais enregistrer un disque de musique champêtre parce que tu aimes bien ça; tu m’as fait rire. Pas sûre pour le disque, mes inspirations me portent ailleurs. Par contre, je te promets que la prochaine fois que nous pourrons nous voir, je te jouerai le morceau de ton choix au piano.

Figurez-vous que j’ai la chance d’avoir une troisième grand-maman! Monique, à Boudevilliers. Je sais qu’avec tous les centres d’intérêt que tu as, l’art, le cinéma, la littérature, tu ne t’ennuies jamais. C’est d’ailleurs quelque chose que j’ai toujours beaucoup apprécié chez toi et je pense que cette grande qualité est d’autant plus précieuse en période de confinement.

Je profite donc de cette lettre pour vous dire que je pense à vous, chères grand-mères, et que vous me manquez beaucoup. Mais je pense aussi à vous tous, chers aînés, qui faites face à cette situation compliquée qui va encore se prolonger, avec beaucoup de force et de courage. Je pense enfin au personnel soignant qui s’occupe bien de vous, et à tous ceux qui continuent de travailler dur au quotidien pour que nous ne manquions de rien.

Avec toute mon affection.

Manon Müllener, Musicienne, Fribourg


» Cette opération de solidarité est lancée de concert avec d’autres quotidiens régionaux de Suisse romande: Le Quotidien Jurassien dans le Jura, Arcinfo à Neuchâtel, Le Journal du Jura (Berne francophone) et Le Nouvelliste, en Valais. La Côte, basée à Nyon, et le magazine Générations se sont également joints au mouvement.

Mais la solidarité ne se confine évidemment pas aux seules rédactions. C’est pourquoi nous vous lançons un appel, à vous, chers lecteurs: écrivez vous aussi votre lettre à nos aînés et faites-nous la parvenir par courriel à l’adresse suivante: redaction@laliberte.ch. Nous publierons les plus belles dans nos prochaines éditions.

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00