La Liberté

Révérence d’une ministre atypique

«De manière générale, j’ai beaucoup fait office de paratonnerre pour ce gouvernement», estime Marie Garnier, qui déplore la «lâcheté» et la «brutalité» auxquelles elle a été confrontée durant ses six années au Conseil d’Etat. © Charly Rappo
«De manière générale, j’ai beaucoup fait office de paratonnerre pour ce gouvernement», estime Marie Garnier, qui déplore la «lâcheté» et la «brutalité» auxquelles elle a été confrontée durant ses six années au Conseil d’Etat. © Charly Rappo
30.04.2018

L’écologiste Marie Garnier abandonne aujourd’hui son costume de conseillère d’Etat. Sans amertume, jure-t-elle. Ceux qui l’ont côtoyée dans ses fonctions brossent le portrait d’une femme d’action, parfois maladroite

Patrick Pugin

Bilan politique »   Atypique, la ministre Marie Garnier l’aura été jusqu’au bout. Jusqu’à sa démission inattendue, réponse sanguine au pourrissement du climat politique qui a suivi la révélation d’une supposée violation du secret de fonction dans le cadre de l’«affaire» de la Préfecture de la Sarine. Lasse de prendre des coups – la levée de son immunité fut celui de trop – la conseillère d’Etat a préféré jeter l’éponge. Un coup d’éclat rare dans les annales gouvernementales.

Cette démission surprise témoigne du caractère imprévisible de Marie Garnier, qui n’a jamais voulu se fondre dans le moule du ministre falot, ambigu, parfois hypocrite. Ce qu’elle pense, elle le dit haut et fort. Quitte à heurter. «Elle n’a jamai

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00