La Liberté

S’exprimer pour ne pas s’enfoncer

L’adjudante Isabelle Castella et le sergent-chef Steve Guzzoni aident leurs collègues à surmonter les traumatismes qu’ils peuvent ressentir après des interventions difficiles. © Alain Wicht
L’adjudante Isabelle Castella et le sergent-chef Steve Guzzoni aident leurs collègues à surmonter les traumatismes qu’ils peuvent ressentir après des interventions difficiles. © Alain Wicht
12.09.2018

La police cantonale dispose d’une cellule de débriefing à laquelle les collaborateurs peuvent se confier

Patrick Pugin

Police » L’uniforme n’a rien d’une armure. Il habille un humain (presque) comme les autres. Pétri d’idéaux. Chargé d’enthousiasmes et d’angoisses, d’espérances et de craintes. Reste qu’en mission, le professionnel de l’urgence – qu’il soit gendarme, pompier ou ambulancier – ne peut guère manifester ses émotions. Il est là pour remplir son rôle, froidement.

Mais lorsque les feux bleus se sont éteints, que l’adrénaline de l’intervention est retombée, chacun se retrouve face à lui-même. Parfois décontenancé.

Consciente de la nécessité de ne pas laisser ses collaborateurs livrés à eux-mêmes, la police cantonale a institué, en 2004, une cellule de débriefing. Celle-ci s’appuie aujourd’hui sur neuf agents formés aux techniques de defusing, littéralement «désamorçage». Il s’agit d’offrir la possibilité à une personne – lors d’un entretien d’une vingtaine de minutes organisé dans la foulée de l’intervention –, de s’exprimer sur les événements traumatisants qu’elle a vécus. Cel

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00