La Liberté

Une étude braque les anti-éoliennes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les opposants aux futurs parcs éoliens fribourgeois (ici, une modélisation du parc du Schwyberg) refusent de répondre à une étude de l’Université de Berne. © DR
Les opposants aux futurs parcs éoliens fribourgeois (ici, une modélisation du parc du Schwyberg) refusent de répondre à une étude de l’Université de Berne. © DR
Partager cet article sur:
26.09.2020

Les opposants fribourgeois aux rotors aériens se méfient des questions d’un chercheur

Patrick Chuard

Electricité » Une étude de l’Université de Berne crispe les opposants aux éoliennes. Les associations fribourgeoises qui militent contre la création de parcs à turbines se sont passé le mot ces derniers jours: «Ne répondez pas aux questions.» L’enquête, menée par Jonas Schmid, doctorant en sciences politiques, «veut examiner les procédures d’autorisation pour les grands projets éoliens». Soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), ce travail tend à examiner «systématiquement les facteurs d’accélération et de décélération, et aborde ainsi le problème central de l’énergie éolienne en Suisse: les longues procédures». L’énoncé de l’étude précise que les améliorations visées bénéficieront à chaque partie prenante. «Ce travail est dirigé contre nous», estime malgré tout Michel Fior, secrétaire général de Paysage libre Suisse, la faîtière des associations d’opposants.

Alors qu’il n’a pas encore envoyé son questionnaire aux associations de tous bords (ex

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00