La Liberté

Une passion à l’aspect d’un drame polychrome

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
20.04.2019

Critique

La Brockes-Passion de Reinhard Keiser était à l’honneur ce jeudi dans le cadre des Concerts de la Semaine sainte à l’église Saint-Michel. En 2018, la Capella concertata avait ému le public avec Nicolo Porpora. Cette année, c’est avec un autre compositeur d’opéra que ses chanteurs et instrumentistes ont fait vivre la Passion du Christ. Le livret du poète Barthold Heinrich Brockes s’inspire largement du développement de l’opéra hambourgeois du début du XVIIIe siècle.

Sous la direction d’Yves Corboz, ce souffle théâtral est explicite dans l’attitude des musiciens: aucune ligne vocale ne néglige son intention dramatique. Les chanteurs peuvent en outre se reposer sur le son homogène et ample des instruments d’époque de la Capella concertata.

L’œuvre de Keiser, riche de 97 numéros, permet aux interprètes d’explorer toute la palette de leur musicalité. Michel Brodard parvient à chaque instant à trouver la note juste pour incarner un Jésus tantôt souverain et profond, ta

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00