La Liberté

Jean Bindschedler l'Africain

11.11.2006

engagement ? L'artiste Jean Bindschedler aurait pu choisir les Seychelles... Mais c'est au Tchad qu'il a décidé de passer sa retraite. Où il vient en aide à un village.

kessava packiry

Le Tchad? Même le Département fédéral des affaires étrangères déconseille de s'y rendre: combats réguliers entre l'armée et les rebelles, insécurité, évolution de la situation incertaine. Et pourtant, c'est là-bas que Jean Bindschedler a décidé de passer sa retraite, le fou...«Cela fait dix ans que j'y suis», raconte posément cet artiste bien connu des Fribourgeois. N'est-il pas le fondateur du Théâtre et du Musée des marionnettes, en Basse-Ville? Vêtu d'un ample boubou, Jean Bindschedler poursuit: «C'est un pays difficile, c'est vrai. Mais je n'y serais jamais allé si je n'y avais pas d'excellents amis.»

Dans sa maison en pisé

A 80 ans, cet homme qui a parcouru l'Afrique n'a plus l'intention de bouger. Il se plaît au Tchad, même si son confort à D'jamena, la capitale, est rudimentaire. «Je vis dans la cité, loin du quartier des Blancs. Ma maison est en pot-pot (ndlr: du pisé, ou de la boue séchée) avec un toit en tôle; il n'y a pas d'eau courante, et les toilettes,

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00